La longueur des débats qui ont précédé l’adoption de la loi sur le mariage pour tous en 2013 ont indéniablement permis la libération d’une parole LGBTphobe qui avait eu tendance, sinon à se tarir, du moins à se faire discrète dans le débat public.

Avec l’avis favorable à l’ouverture de la PMA pour les femmes seules et les couples de lesbiennes que vient de rendre le Conseil consultatif national d’éthique, il est à craindre que celle-ci ne regagne en vigueur. Déjà, à la mi-septembre, l’association lyonnaise Gavroche et Cosette, émanation locale de la Manif pour tous, réunissait ses troupes à l’Hôtel Château-Perrache autour du thème : « La PMA pour toutes : La ligne rouge ». Une action militante et collective est plus que nécessaire pour contrer les arguments de nos détracteurs qui ne manqueront pas de faire entendre leurs voix. 

 

Faire entendre nos voix

Une #137 - Wow - © Sarah FouassierMais cette libération de la parole LGBTphobe a suscité des antagonismes qui ne se sont pas cantonnés au débat public. S’agit-il là d’une variante de la théorie hasardeuse du ruissellement ? Toujours est-il que le clivage a infusé la société dans son ensemble, tendant considérablement les rapports interhumains. Les manifestations LGBTphobes, qu’elles prennent la forme d’agressions verbales ou physiques, semblent se multiplier. Et au sein même de nos communautés, on note une recrudescence des actes lesbophobes, transphobes ou racistes. Trop longtemps, nous avons baissé les yeux face à ces violences. Si l’on veut que nos voix portent dans le débat public, il est temps de pousser un cri salutaire contre ces agressions du quotidien.  

 

Il ne s’agit pas de se mettre en danger et chacun·e saura apprécier la pertinence de la réaction à adopter selon le contexte, mais souvent un simple cri, un simple WOW guttural poussé dans l’espace public suffit à calmer l’assaillant – souvent minoritaire – qui se croit autoriser à juger et à intimider. Un ami drag qui se fait insulter par un homme dans le tram en allant en discothèque ? WOW. Une amie trans qui essuie des remarques « pour rire » lors d’une soirée privée ? WOW. Un ami d’origine maghrébine à qui une jeune femme se permet de dire que son inscription en arabe tatouée sur le buste la met mal à l’aise dans le fumoir d’une boite ? WOW. Une femme qui se fait emmerder par un groupe de mecs dans la rue ? WOW. Évidemment qu’il est effrayant de prendre ainsi part à un conflit, mais la honte de n’avoir rien dit, d’avoir été le témoin muet et complice de la violence est bien pire encore. Il est temps de relever la tête, de montrer que ces intimidations ne sont plus tolérables. Soyons uni·es et solidaires afin de faire en sorte que notre voix pèse.  

 

 

Retrouvez également  Hétéroclite tous les mercredis dans « Colère Saine » à 19h10 sur Nova Lyon (89.8 FM) et en ligne sur SoundCloud

© Sarah Fouassier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.