En mars 1993, le roman Stone Butch Blues, écrit par Leslie Feinberg, est publié aux États-Unis. Il aura fallu attendre plus d’une décennie pour avoir accès à une traduction française de cette œuvre. Focus sur un roman de référence au sein des communautés lesbiennes et trans. 

Les membres bénévoles de la maison d’édition associative Hystériques et Associées publient une version française, « traduction militante, disponible à prix coûtant en livre imprimé et téléchargeable gratuitement », très attendue du roman de Leslie Feinberg, théoricien·ne révolutionnaire transgenre, lesbienne et communiste. Stone Butch Blues, texte en partie autobiographique, retrace la vie de Jess Golberg, né·e dans une famille juive prolétaire, qui depuis sa tendre enfance subit les interrogations des passant·es sur son genre. Rejeté·e par la société mais aussi par sa famille, Jess va devoir apprendre à survivre et surtout à se construire seul·e : de son adolescence dans les bars LGBT, à sa transition, en passant par ses premiers emplois précaires en usine. Stone Butch Blues nous offre une peinture réaliste de ce qu’étaient les luttes des personnes queers dans les années 70-80. Tout comme les personnes qu’iel fréquente, Jess devra user de stratagèmes pour survivre dans un monde qui lea méprise. Et pour se sauver, il faudra parfois qu’iel se soumette à la société qui l’opprime. 

De l’obligation d’une transition
Jess est une butch, autrement dit, une lesbienne qui emprunte certains (voire tous les) codes de la masculinité (vêtements, comportements, etc.) et qui par conséquent, ne correspond pas aux codes de la féminité définis par la société. À cause de cette apparence masculine, Jess sera marginalisé·e, et même parfois maltraité·e. Par conséquent, iel décidera de faire une transition. Toutefois, Jess ne se considère pas comme un homme. Sa transition est un moyen de subsister – et non pas d’affirmer – un autre genre que celui qu’on lui a assigné à la naissance. Ainsi iel explique son besoin de transitionner par ces mots : « Il faut que je fasse quelque chose. Toute ma vie, je me suis battue pour défendre qui je suis. Je suis fatiguée. Je ne sais vraiment plus comment continuer. C’est le seul moyen, que j’ai trouvé pour rester moi-même et réussir à survivre. Je ne vois plus aucun autre chemin. » Et lorsque sa compagne, Theresa, lui explique ne pas vouloir être en couple avec un homme, Jess répond : « Mais je serai toujours une butch […] ! Même sous hormones. » Ainsi Jess restera une butch, alors même qu’elle « passera » en tant qu’homme. En refusant toute binarité, Stone Butch Blues montre à quel point la transidentité est polymorphe et complexe. Le roman déconstruit  une conception simpliste de la transidentité, et nous pousse à prendre en compte les multiples paramètres qui peuvent constituer une transition.  

Stone Butch Blues de Leslie Feinberg (Hystériques et Associées). En librairies. 

Disponible gratuitement en ligne sur www.hysteriquesetassociees.org

Soirée / nuit lecture collective de Stone Butch Blues le 7 décembre à la BAF, 2 chemin des Alpins-Grenoble / 06.22.62.08.03 www.labaf.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.