Après Ultra Girl contre Schopenhauer, Cédric Roulliat nous convie à nouveau dans son univers avec sa nouvelle pièce, Josie Harcoeur.

Proche de la compagnie La Boulangerie de Camille Germser, dont les comédiennes peuplent de longue date son univers photographique, Cédric Roulliat avait surpris tout le monde en 2015 en passant à l’écriture et à la mise en scène d’une pièce de théâtre, Ultra Girl contre Schopenhauer. D’abord joué au théâtre de l’Elysée de Lyon, puis au Point du Jour alors occupé par les Célestins, le spectacle a connu un beau succès, grâce non seulement à l’interprétation de Laure Giappiconi, de Sahra Daugreilh et de David Bescond, mais également au travail attentif apporté à la scénographie et à l’univers visuel de la pièce, héritage sans doute du savoir-faire photographique de Roulliat. Loin d’être resté un coup dans l’eau, ce coup d’essai semble au contraire avoir ouvert la voie à de nouvelles créations. Ainsi, Cédric Roulliat revient cette saison aux Célestins avec sa jeune compagnie De Onze à Trois heures et une nouvelle pièce, dont il signe là encore le texte et la mise en scène, Josie Harcoeur. On retrouve ici le côté midinette de l’artiste face aux divas : son personnage serait une star de la pop culture du même acabit que Dalida, Sheila ou Nicoletta mais qui n’aurait pas eu la chance de passer à la postérité. Afin de la sortir du gouffre de l’oubli, Pierre Duclos, qui est né le jour de la disparition de la chanteuse, se lance sur ses traces et atterrit chez sa secrétaire particulière, Yvonne Brodsky. Empruntant à la fois aux codes du cinéma de genre et du music-hall, Roulliat transporte ses trois interprètes (les mêmes que pour Ultra Girl) dans une réflexion autour de la célébrité, de la quête d’immortalité et de la peur de l’oubli. Et continue de développer une esthétique à la croisée des disciplines et des styles, qui brouille les frontières entre culture populaire et culture élitiste, laissant entrevoir la multiplicité des influences qui alimentent l’univers de cet artiste touche-à-tout. 

Josie Harcoeur, du 11 au 16 février au Théâtre des Célestins, 4 rue Charles Dullin-Lyon 2 / 04.72.77.40.00 www.theatredescelestins.com 

© Cédric Roulliat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.