Un ouvrage collectif revient sur l’oeuvre de Claude Cahun, l’occasion pour Hétéroclite de se pencher sur les travaux de cette artiste singulière. 

Écrivaine, photographe, femme de théâtre, Claude Cahun est une artiste à l’œuvre protéiforme qui interrogea les stéréotypes et les questions de genre dès le début du XXe siècle. Sa photographie nous apparaît d’une extraordinaire modernité à l’heure où les femmes cherchent à déconstruire les représentations de la féminité. 

claude cahun 4Le silence autour de l’œuvre de Claude Cahun interroge. Malgré sa redécouverte tardive durant les années 80, Claude Cahun est toujours aussi peu présente dans les festivals et foires dédiés à la photographie. Idem dans les institutions muséales. Seul le Jeu de Paume lui consacra en 2011 une rétrospective qui révéla au grand jour la richesse de son œuvre, ses liens avec les surréalistes ainsi que les attaches dûment serrées entre sa photographie et son écriture.

En décembre 2019, les éditions Épure ont publié  Claude Cahun entre art et philosophie, un ouvrage qui interroge notamment son appréhension complexe de l’autoportrait qui servait sa conception du féminisme. En se photographiant, l’artiste s’épie, se scrute, elle donne à son identité de multiples représentations et défie le portrait masculin. L’altération de soi chez Cahun passe par le travestissement, les jeux de miroirs, l’affirmation d’une identité ni féminine ni masculine, mais neutre. Ainsi, elle démontre que le genre est une construction reproduite et immortalisée par des rituels.

Cahun n’est pas une artiste féministe comme les autres puisque éloignée des luttes féministes de son temps. C’est au cœur de son œuvre que l’on perçoit en creux sa pensée féministe. Lesbienne, elle ne cacha pas sa relation avec sa compagne, l’artiste Marcel Moore, avec qui elle se réfugia en 1937 à Jersey pour échapper aux Nazis. Arrêtées en 1944 puis condamnées à mort, elles furent libérées en mai 1945 et découvrirent le pillage de leur maison ainsi que la disparition d’une partie de leurs œuvres. 

Claude Cahun entre art et philosophie, sous la direction de Véronique Le Ru et Fabrice Bourlez (Épure). En librairies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.