Dodo

Deux baguettes fraîches

Pour fêter ses 30 ans, le Festival d’Ambronay a sorti du lourd. Les chefs baroqueux arrivent du monde entier, des pionniers qui n’ont plus rien à prouver aux jeunes fous qui revisitent le moindre ornement.

Le public peut être dans les starting-blocks, il va y avoir de l’hystérie collective et de grandes émotions personnelles. Alain Brunet, le directeur artistique, a réussi par avance sa programmation, c’est certain et c’est bon par anticipation. Il ne faudra manquer sous aucun prétexte deux jeunes chefs d’un talent aussi rare que sublime. Jean-Christophe Spinosi comme Fabio Biondi sont tous deux redoutables, adorés jusqu’à l’excès, haïs des amateurs d’une certaine musique baroque. Formulons quelques hypothèses. Spinosi tout d’abord n’arrive jamais sur scène avec un air détaché ou hautain comme on l’observe parfois de la part de certains chefs : il semble entrer dans une arène comme un grand fauve qui s’expose. Sa direction est hypnotique, physique, sensuelle et il dirige son ensemble Matheus avec une imagination sonore foudroyante. Quelle que soit l’œuvre baroque qu’il prend en main, il parvient à faire croire au public qu’il l’entend pour la toute première fois. Spinosi sait surprendre aussi par les tempis choisis, parfois étirés à l’excès comme si le temps disparaissait ; parfois d’une rapidité folle qui fait s’envoler l’œuvre, et nous avec. Tout est jubilation tant il maintient en haleine son auditoire par une gestique d’une chorégraphie troublante, alternant entre zen attitude et rock endiablé. Il donne, il offre une musique décomplexée, généreuse où la chose spirituelle devient orgasmique. Pour les 30 ans d’Ambronay, Jean-Christophe Spinosi à la tête de son ensemble Matheus, a choisi un programme «entre Vivaldi et Haendel», où l’excellente mezzo-soprano Stéphanie d’Oustrac fera entendre son timbre chaud et puissant… Un programme haute couture.

Menu quatre saisons, chef !

Fabio Biondi est un chef baroqueux complet. Violoniste brillant, chercheur fou, il est à la tête de l’ensemble Europa Galante depuis 1990. Son enregistrement des Quatre Saisons de Vivaldi a fait l’effet d’une bombe au point de rendre quasi obsolètes toutes les versions antérieures. Ses interprétations sont inspirées et ont donné un souffle nouveau à des œuvres baroques passées pratiquement aux oubliettes. Il a su conquérir un nouveau public, séduit par tant de nouveautés proposées, par cette approche incroyable d’une musique ancienne qui devient soudainement contemporaine. Là où certains chefs démontraient leur omnipotence musicale par des interprétations ténébreuses et faussement intellectuelles, Fabio Biondi offre une musique accessible, jouissive et pleine de vie. Là encore où d’autres chefs maintiennent le public à distance, lui captive parce qu’il est généreux, qu’il donne à voir du beau, qu’il donne à entendre du sublime. Pour les 30 ans d’Ambronay, il va interpréter les trop célèbres Quatre Saisons de Vivaldi. Malicieux ? Certainement. Cynique ? En aucun cas. Il faut aller entendre ce grand classique archiconnu et oser l’expérience de la nouveauté parce que Fabio Biondi en fait une relecture saisissante. Il défriche encore la partition, triture les moindres phrasés, bouleverse les tempis, secoue les rythmes et livre une version des Quatre saisons d’une modernité étonnante. Dans son interprétation, tout est audacieux, de la crépitation des cordes à l’éclat resplendissant de certaines phrases. Hypersensible parfois, inventif tout le temps, Fabio Biondi dépoussière une œuvre trop souvent sclérosée par des interprétations romantico-dépressives où rien ne se passe.

Spinosi – D’Oustrac
Programme Vivaldi & Haendel
Le 18 septembre à 20h30 à l’abbatiale d’Ambronay

Fabio Biondi, Europa Galante
Les Quatre Saisons de Vivaldi
Le 20 septembre à 17h à l’abbatiale d’Ambronay

04.74.38.74.04
www.ambronay.org

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.