Dodo

10 doigts seulement ?

L’énigmatique pianiste Alexandre Tharaud et son acolyte violoncelliste Jean-Guihen Queyras sont à Lyon pour un programme Bach, Berg, Brahms et Schubert. Le grand écart stylistique s’opère sans qu’aucun muscle ne se crispe, des sonates de Bach côtoient celles de Berg et offrent une perspective musicale troublante. Intelligence de la programmation ? Il est vrai que ce choix, quelque peu osé, peut ressembler à une joute intense et sans merci entre les deux protagonistes. Alexandre Tharaud, surnommé le Glenn Gould français par la presse étrangère, est un pianiste singulier et déroutant. Comme avec Gould, on est fasciné par cette inventivité devant le clavier, d’une spontanéité rarement égalée. Lorsqu’il enregistre Couperin, il fait entendre ce qu’aucun autre avant lui n’avait su révéler : la modernité d’un compositeur peu connu. Lorsqu’il s’attaque aux concertos italiens de Bach, c’est le milieu baroque qui prend une claque. Ce touche-à-tout réussit parce que son envie de ne pas se laisser enfermer est quasi-maladive et lui donne des ailes créatrices. Alexandre Tharaud aime le piano de façon charnelle, il le caresse, l’embrasse avant chaque concert. Par peur de l’enivrement, il ne possède plus de piano chez lui et va tout simplement répéter chez des amis musiciens lorsqu’ils ne sont pas là : «je suis pleinement heureux de jouer sur des instruments chaque fois différents, moyens, inégaux, avec des sonorités approximatives». Tout est dit. Tharaud est un étrange pianiste, visionnaire dans ses interprétations, avant-gardiste dans son discours. Le programme proposé à Lyon n’est pas de tout repos, la sonate à deux nécessite un passage de relais subtil et efficace, une écoute aiguisée et constante de l’autre interprète. Raffinement à l’état pur et danger aussi pur pour celles de Bach qui se jouaient à l’époque sur viole de gambe et clavecin. Comment nos deux interprètes vont-ils aborder cette soirée ? Goulûment, certainement.

Alexandre Tharaud & Jean-Guihen Queyras, le 29 janvier à 20h30
Dans le cadre de Piano à Lyon, à la salle Molière, 18 quai de Bondy-Lyon 5 / 04.78.47.87.56

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.