Dodo

Agression lesbophobe à Gerland

100618_3573314983865016241292986229314064171234734nSamedi 12 juin dernier, en marge de la Quinzaine Marche des Fiertés lyonnaise, quatre jeunes filles mineures ont été physiquement agressées dans le quartier de Gerland par deux jeunes majeurs. Elles arboraient un drapeau arc-en-ciel, symbole depuis les années 70 des personnes Lesbiennes, Gays, Bi et Trans (LGBT). Cet emblème a apparemment excité la colère des deux agresseurs, qui les ont insultés, leur ont suggéré de leur pratiquer une fellation pour les «guérir» de leur homosexualité supposée avant de les frapper violemment à la tête dans un endroit pourtant très fréquenté, jusqu’à l’intervention d’un chauffeur de taxi. Près d’une semaine après les faits, l’un des deux agresseurs a été formellement identifié par les victimes et arrêté par les forces de l’ordre. Le Procureur de la République a requis un mandat de dépôt contre le prévenu. Celui-ci vient de comparaître devant le juge des libertés et de la détention qui a ordonné sa mise en détention. Il est poursuivi pour deux motifs aggravants :
1. violence volontaire en raison de l’orientation sexuelle (supposée) des victimes ;
2. violence sur mineurs de moins de quinze ans ;

Depuis la loi du 30 décembre 2004, l’homophobie est en fait reconnue comme une circonstance aggravante en cas d’agression.
La Lesbian and Gay Pride de Lyon (LGBT) estime qu’ «une telle attitude relève du sexisme et de l’homophobie la plus dégradante et la plus lâche qui soit» et a annoncé vendredi 18 juin qu’elle se portait partie civile aux côtés des victimes, qu’elle assure de son «soutien dans cette épreuve». Elle rappelle que «cet acte n’est pas isolé. Chaque année, des lesbiennes sont agressées, insultées, molestées, par des hommes, jeunes pour la plupart, qui, dans ces actes, expriment tout à la fois leur perception de ce qu’est une femme, et leur perception de l’homosexualité. La lutte contre les violences faites aux femmes passe par des mesures de police et de justice, elle passe aussi par des mesures éducatives, seules à même de modifier en profondeur les comportements», avant d’appeler «aux pouvoirs publics pour qu’une politique volontariste soit menée dans cette direction».

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.