Dodo

Juillet-août 2010

100704_Une«En amour comme dans les affaires, dans les sciences comme dans le saut en longueur, on droit croire, avant de pouvoir gagner ou atteindre son but».

Les registres sont nombreux dans lesquels on peut écrire ses adieux. La nostalgie teintée d’aigreur : ah, comme les choses ont changé en quatre ans ! La défaite glorieuse : le combat était perdu d’avance, mais nous avons essayé. La sérénité optimiste : on a bien travaillé, à d’autres de poursuivre, d’insuffler une nouvelle énergie. Sans doute un peu de tout cela dans ce dernier éditorial signé par mes soins. Avant l’analyse, les souvenirs : la découverte de la ferveur pendant les marches des fiertés, les moments de grâce dans les salles de spectacles, les lectures studieuses et passionnées et les rencontres, surtout. Depuis avril 2006, nous avons tenté d’arpenter des territoires ouverts et divers, bornés bien sûr par les mentalités, mais éclairés par le désir, sublimés par la créativité et la poésie des militants, des camarades de comptoirs, des artistes et des laborieux. L’époque est pleine d’espoirs en ce qui concerne l’égalité des droits et le respect des identités. Mais ne considérons pas que le progrès est inscrit dans l’histoire ; les manifestations de crispation sont nombreuses. La différence tend à redevenir le bouc émissaire des détresses, les attitudes ou agressions sexistes, racistes, homophobes persistent ; en face, certains militants sont parfois tentés de sacrifier les libertés de pensée et d’expression sur l’autel de l’égalité. Après quatre ans à écouter, réfléchir et tenter d’interpeller sur toutes ces questions, je passe le relais. Dès le mois de septembre, vous retrouverez sous cet éditorial la signature de Romain Vallet, qui donnera un nouveau souffle à l’idée qui motiva la création de ce journal : lutter contre les tabous, penser les identités sans céder à la tentation du repli. Merci à tous les lecteurs et à tous ceux qui ont cru dans notre entreprise, nous espérons garder votre attention au prochain chapitre.

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.