Dodo

Et l’Hôtel-Dieu dans tout ça ?

101102_3actusim3Un collectif d’associations se bat pour que l’Hôtel-Dieu, dont les bâtiments vont prochainement être entièrement rénovés, conserve en partie sa vocation médicale première.

François Rabelais reconnaîtrait-il aujourd’hui “son“ Hôtel-Dieu ? L’auteur de Pantagruel et de Gargantua, qui fut avant tout médecin et qui a exercé dans le plus vieil hôpital de Lyon de 1532 à 1535, serait sans doute surpris de l’évolution prochaine du bâtiment. Trop vétuste pour continuer à abriter des soins dans les meilleures conditions, celui-ci doit prochainement être transformé en complexe hôtelier de luxe. Certains regrettent cependant que ce lieu, chargé d’une histoire pluriséculaire, perde ainsi toute vocation médicale, malgré sa centralité et son accessibilité d’exception. C’est le cas par exemple du maire divers-droite du 2e arrondissement, Denis Broliquier, ainsi que d’un regroupement d’associations baptisé Collectif Hôtel-Dieu. Celui-ci propose de créer, au sein du nouvel Hôtel-Dieu, un Pôle Régional de Promotion de la Santé qui permettrait de respecter la «tradition humaniste» du site et a lancé une pétition qui a recueilli à ce jour plus de 7 500 signatures. Parmi les points qui inquiètent plus particulièrement les associations : le droit à l’avortement et le dépistage du VIH. Le service d’Interruption Volontaire de Grossesse (IVG), le planning familial et le Centre d’Information et de Dépistage Anonyme et Gratuit (CIDAG) ont tous en effet du renoncer à leur emplacement privilégié en plein cœur de la Presqu’Île. Début octobre, les deux premiers ont pris leurs quartiers dans le pavillon K de l’hôpital Édouard Herriot (Lyon 8e) tandis que le CIDAG a déménagé dans le bâtiment C de l’hôpital de la Croix-Rousse (Lyon 4e). Un «démantèlement de l’hôpital public» pour les militants féministes qui manifestaient au soir du vendredi 15 octobre à Lyon. Beaucoup craignent en effet qu’en perdant de leur centralité, ces services essentiels deviennent moins accessibles ou moins fréquentés. Pourraient-ils un jour retourner à l’Hôtel-Dieu au sein d’un hypothétique Pôle Régional de Promotion de la Santé ? Tout dépendra du projet retenu pour la rénovation de l’édifice. Le 29 octobre, le marché a été attribué conjointement au groupe de bâtiments et travaux publics Eiffage et à la chaîne d’hôtels de luxe Intercontinental. Peut-être un signe encourageant pour les pétitionnaires : ce projet était en effet réputé plus favorable à leurs aspirations que celui du concurrent Nexity.

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.