Public, qui es-tu ?

101031_GarciaLorcaÉcrit à l’aube des années 1930 lors du séjour de Federico García Lorca à New York, El Público est considéré comme étant au cœur de l’œuvre du poète espagnol, propre à délivrer des clés pour la compréhension de ses autres pièces. García Lorca, homosexuel vivant dans une société catholique répressive et artiste complexe proche des surréalistes, donne libre cours dans ce texte à son travail sur la langue espagnole en abordant des thèmes comme la liberté, l’amour et la capacité du théâtre à être une force de résistance face aux pouvoirs publics. Pour celui qui fut dès le début de la guerre civile espagnole, en 1936, fusillé par les forces franquistes, le sujet peut paraître prémonitoire, d’autant que la pièce suscita un tel scandale lors de sa création qu’elle ne fut publiée qu’en 1978, trois ans après la fin de la dictature militaire de Franco. Le texte donne à voir trois amis se confrontant à un directeur de théâtre qu’ils poussent à se mettre à nu sur scène. Réflexion méta-théâtrale qui met en balance la puissance de l’art dramatique face à la société et au pouvoir politique, sans rien concéder au lyrisme et à l’émotion qui sont au cœur de l’écriture de Federico García Lorca, le spectacle est mis en scène par le Madrilène Hugo Perez, en partenariat avec l’Institut Cervantès de Lyon. En projetant des images sur un drap blanc, en nourrissant de musique et de lumière le texte de García Lorca, le jeune metteur en scène invite les spectateurs à s’interroger sur le rôle de “public” qui leur incombe. En effet, dans les années 1930, le poète andalou regrettait que les spectateurs ne perçoivent le théâtre que comme un divertissement. Avec El Público, il s’agissait alors pour l’auteur de rectifier cette vision étriquée et bourgeoise. Les deux représentations, proposées en espagnol sur-titré en français, sont donc l’occasion de se confronter à la langue de Federico García Lorca, à sa conception de l’art en général et du théâtre en particulier. Mort pour avoir refusé d’abdiquer ses idéaux de liberté, le dramaturge espagnol a sans doute encore beaucoup à nous apprendre.

http://www.t-la.org

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Magazine made for you.

NOUS SUIVRE