Dodo

Mozart illuminé

101226_10classiqueimTonKoopmanJoie profonde et non dissimulée : le public lyonnais va pouvoir entendre un oratorio à l’Orchestre national de Lyon. Oui, il existe une musique en dehors de la symphonie. L’Auditorium renoue avec le genre sacré, alors quand il s’agit du Requiem de Mozart, c’est carrément le nirvana. Il y a encore quelques années, l’oratorio, forme musicale profonde, mystique et souvent charnelle, n’avait plus la cote dans la programmation de l’Auditorium, mais depuis deux saisons, les Chœurs et Solistes de Lyon-Bernard Tétu (autrefois Chœurs de l’Orchestre national de Lyon initiés par le très visionnaire chef d’orchestre Serge Baudo) y reviennent pas à pas avec une très grande qualité vocale. Il faut toujours beaucoup de culot pour aborder le Requiem de Mozart. L’œuvre est archiconnue, le plus souvent archi-mal fagotée, voire très mal interprétée. Pour Ton Koopman, chef baroqueux de grande expérience, c’est un véritable régal que de devoir encore et encore faire du neuf avec une œuvre trop jouée, malmenée par des versions sans saveur. On le sait tous, Mozart n’a pas eu le temps de finir son Requiem, il est mort avant d’écrire la moindre note du Lacrimosa. Et alors ? Une fois qu’on a dit ça… Il faut entendre avec ses tripes les premières mesures de la partition : les hautbois et cors de basset jouent une mélodie venue d’ailleurs, trop aérienne, si fragile, uniquement accrochée à la terre par la fine respiration haletante des cordes. Mozart se meurt, en direct, sous nos oreilles et seuls les grands chefs savent faire entendre ce moment terrible et sublime. En grand spécialiste de la musique sacrée comme de la musique baroque, Ton Koopman met en relief les rythmes lancinants du Lacrimosa et fait découvrir le sublime Hostias si souvent bâclé. Une gestuelle précise, un sens de la mesure exemplaire et trois grains de folie : Ton Koopman renouvelle le Requiem sans trahir le compositeur.

www.onl.fr

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.