Dodo

“Guibert cinéma” explore les rapports de l’écrivain et du 7ème art

Le documentaire Guibert cinéma, réalisé par Anthony Doncque, rappelle à quel point le septième art a joué un rôle central tout au long de la vie de l’écrivain.

Lorsqu’on évoque aujourd’hui la figure d’Hervé Guibert (1955-1991), c’est généralement son œuvre littéraire qui vient en premier à l’esprit. Mais l’auteur du Protocole compassionnel est aussi celui d’un unique film, La Pudeur et l’impudeur, réalisé au seuil de la mort, dans lequel il met en scène sa propre maladie. Bien avant cette œuvre testamentaire, le cinéma et, plus largement, l’image, ont occupé dans son travail et sa réflexion une place toute aussi importante que les mots. À dix-huit ans, en 1973, il est recalé au concours d’entrée de l’Institut des Hautes Études Cinématographiques (IDHEC) pour avoir refusé de se soumettre à l’une des épreuves. Dix ans plus tard, il écrira avec Patrice Chéreau le scénario de son film L’Homme blessé (1983). Le documentaire d’Anthony Doncque, Guibert cinéma, qui sera projeté par Écrans Mixtes (en présence du réalisateur) comme un avant-goût du festival, revient sur la trajectoire météoritique de ce touche-à-tout qui fut aussi photographe, critique d’art, journaliste…

guibert cinéma

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.