Dodo

Zombie Zombie ressuscite la musique de John Carpenter

zombie zombieJamais Zombie Zombie n’aura aussi bien porté son nom : le duo parisien nous flanque la chair de poule en exhumant de la tombe les meilleurs titres du cinéaste et compositeur John Carpenter, l’auteur du premier Halloween, en 1978.

Depuis qu’ils ont formé en 2006 le duo Zombie Zombie, Neman et Étienne Jaumet ne cachent plus leurs tendances geek, ni leur penchant pour la musique répétitive. Une façon pour eux de sortir du placard et d’assumer une “Kraftwerk attitude“ qui ne trouvait pas vraiment sa place au sein de leurs autres formations, respectivement Herman Düne et The Married Monk. Depuis lors, leur musique semble appeler l’image. C’est ainsi qu’en 2009, à la Cité de la Musique, ils avaient proposé un accompagnement musical du Cuirassé Potemkine d’Eisenstein. Grand écart absolu, ils avaient aussi rendu furtivement hommage à John Carpenter et à son film d’extraterrestres The Thing à travers un court-métrage d’animation en stop-motion (ou animation en volume).

Aujourd’hui, le duo va jusqu’au bout de son adulation pour le maître de l’horreur et de la science-fiction avec un tout nouveau live intitulé Zombie Zombie plays John Carpenter. Car, en plus d’être réalisateur, Carpenter est aussi le compositeur de la musique de ses propres films. Le duo place son set sous le signe de la découverte, en reprenant des titres inconnus des profanes, mais sans passer à côté des tubes. Il s’amuse ainsi à jouer dans une version ultra-tendue le célèbre thème d’Halloween, grand succès commercial du cinéaste. Clavier flippant et morceau tout en progression, il ne manque plus que le visage du psychopathe Michael Myers et les cris de sa victime Jamie Lee Curtis pour compléter le tableau.

Futurisme rétro

Musicalement, Zombie Zombie fait du rock mâtiné d’électro, quelque part entre le krautrock et la musique progressive. Les sons d’Étienne Jaumet sont “futuristes“, mais au sens où on l’entendait dans les années 80, donc plutôt vintage, voire volontairement out. L’atmosphère crispante est bien là, délivrée avec beaucoup de modernité. Neman se charge de la rythmique et se permet de propulser ses boucles hypnotiques sur le dance-floor.

Si Zombie Zombie ne donne pas dans la techno ni dans la house, il faut leur reconnaître un sens aigu du rythme qui confère à leur set une belle énergie et évite au spectateur de rester dans la simple écoute contemplative. Le groupe est donc très loin du cliché des deux ingénieurs du son “adulescents”, cachés derrière leurs instruments et sans considération pour le public. Invité pour les vingt ans d’Arte dans l’émission Tracks ou sur le plateau de Taddeï dans Ce soir (ou jamais !), Zombie Zombie devient avec ce nouveau live plus hype que jamais, définitivement plus vivant que mort.

www.myspace.com/therealzombiezombie

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.