Dodo

Ouate a show !

110510_21piedsetpoingslisimAprès une enfance américaine et une adolescence dans les clubs gay, Caroline Loeb sort du placard et nous offre un spectacle où elle rend hommage aux grandes icônes gays.

Quand avez-vous fait vos premiers pas dans la communauté gay ?
J’étais très jeune, j’avais seize ans. J’allais au Club Sept tous les soirs. Je me retrouvais en boîte de nuit aux côtés d’Andy Warhol, de Saint-Laurent, de Karl Lagarfeld, de Kenzo… J’ai donc été plongée dans la culture gay extrêmement tôt, mes meilleurs copains étaient évidement des pédés, ensemble on écoutait Diana Ross.

Votre nouveau spectacle rend hommage aux icônes gays. Qu’est-ce qui vous attire chez elles ? 
Ce qui me parle en tant que femme, c’est cette façon qu’elles ont toutes de s’approprier le langage de façon unique. Mylène Farmer, par exemple, dont on ne parle jamais assez comme auteur, alors qu’elle l’est bien plus que chanteuse, a écrit des textes étranges et curieux, sombres et ambivalents, où il est question d’inverser les rapports. Pourvu qu’elles soient douces, chanson sur la sodomie, en tube national, c’est exceptionnel.

Quel regard portez-vous sur la communauté gay d’aujourd’hui ? 
Elle a énormément changé. C’est vrai que fin 70, les pédés étaient moins visibles, plus élitistes, plus malins, toujours en avance. Ils étaient plus exceptionnels, dans leur culture, dans leur raffinement. Le pédé s’est “boboïfié“, désolé de le dire, mais c’est vrai ! Le pédé s’est embourgeoisé, veut se marier, avoir des enfants… Pourquoi pas, bien sûr ! Mais il est moins subversif, moins sur le fil du rasoir. Plus pépère. Quand je vois que les icônes gays d’aujourd’hui sont Douchka ou Dorothée, ça me donne envie de pleurer !

Vous voici menottée à un arrosoir rempli de renoncules… 
Ça me fait penser à Gainsbourg : «on pouvait voir éclore des renoncules par-derrière / Et par devant un conifère».

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.