Dodo

Festival d’Ambronay : aimez-vous Bach ?

Concert dans l'abbatiale crédit CCR Ambronay / B. PichnePour cette 32e édition, le festival d’Ambronay ne propose rien de moins qu’une immersion totale et rafraîchissante chez Jean-Sébastien Bach. Un compositeur hors-cadre, génie incontesté du contrepoint, qui faisait dire à Cioran : «s’il y a quelqu’un qui doit tout à Bach, c’est bien Dieu». Ce festival séduit parce qu’il fédère, parce qu’il rassemble des univers qui se regardent encore parfois de loin. La saison dernière, les auditeurs se retrouvaient autour de la Méditerranée : rappelons-nous ainsi ce concert croisant Monteverdi et Piazzolla, un moment hors du temps qui a bousculé plus d’un auditeur. Cette édition 2011, intitulée «Passion Bach», pousse encore plus loin la recherche : ancien et contemporain se frôlent, Bach côtoie Björk. De l’abbatiale au chapiteau, de la Tour dauphine à la salle Monteverdi, Alain Brunet, directeur artistique visionnaire, nous promène et promet un «Bach à la fois baroque et moderne, religieux et opératique, sacré et désacralisé». Décliné en quatre week-ends d’une grande densité émotionnelle, le festival s’ouvre sur le Magnificat, interprété par le Collegium 1704 sous la direction de son jeune chef, Vaclav Luks. Suivent une série d’œuvres et d’interprètes de haute volée. On ne peut choisir tant l’offre est succulente : des airs d’opéras de Caldara sous la voix troublante de Philippe Jaroussky, un récital du claveciniste mystique Pierre Hantaï ou encore La Passion selon Marie, un oratorio du compositeur contemporain libanais Zad Moultaka dont la musique est une fulgurance, une comète lumineuse dans l’univers artistique actuel. Et puis les improbables : des arrangements pour accordéon et quintet jazz d’œuvres de Jean-Sébastien Bach par Richard Galliano – accompagnateur, entre autres, de Nougaro et de Gréco – ou encore une rencontre imaginaire entre Bach et Proust. Et en guise de touche finale, l’ensemble Les Nouveaux Caractères proposeront Bach = 14, un jeu musical et mathématique autour de sonates de Bach. En résumé, des mises en oreilles qui chatouillent tous les sens.

www.ambronay.org

 

 

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.