Dodo

La belle compil de Bach

111115_13classiqueim2TomKoopman.jpgOn nous annonce de beaux programmes pour fêter dignement la période de Noël à l’Auditorium cette année. Noël, comme un moment de partage idéal où tous les goûts pourraient être satisfaits. Pour les petits, la maison propose un ciné-concert durant lequel les intrépides musiciens de l’Association à la recherche d’un folklore imaginaire (ARFI) redonnent vie à leur façon à Chang, film d’aventures muet de 1927 qui a marqué plus d’un esprit. Les fanatiques de Jean-Sébastien Bach, les amoureux des versions baroques pur jus, vont aussi se régaler grâce à l’Oratorio de Noël, sommet théologico-musical d’une exceptionnelle dramaturgie. Cette cantate peut surprendre l’auditeur parce c’est une sorte de compilation d’œuvres anciennes : cinq chœurs sur huit et huit arias sur douze sont repris d’opus antérieurs. Pas de quoi s’offusquer, le principe était fort utilisé à l’époque du Maître, mais il vaut tout de même mieux le savoir pour ne pas hurler au scandale. Le pétillant et baroqueux Ton Koopman sera à la baguette. L’Orchestre National de Lyon le connaît bien, puisqu’il revient pour la troisième saison consécutive à sa tête, et c’est avec joie que les musiciens attendent les premières répétitions. Claveciniste, organiste et chef d’orchestre, Ton Koopman a tout pour donner une interprétation sensible et spirituelle de l’Oratorio de Noël. Il revient à Lyon avec son chœur baroque d’Amsterdam, avec lequel l’osmose musicale est telle qu’aucune œuvre n’y résiste. La gestique du chef donne immédiatement de l’ampleur au chœur, ou lui impose une folle retenue, toujours au bon moment, toujours dans le respect du sens théologique donné par le compositeur. Ton Koopman est un des rares chefs d’orchestre à pouvoir faire entendre une œuvre comme si elle venait d’être écrite, là, juste pour nous. Un chef prestigieux, au discours volontaire mais chaleureux, un orchestre qui ne demande qu’à se transcender, un chœur qui jubile par avance tant l’œuvre est d’une incroyable richesse : voilà qui devrait vous empêcher d’hésiter, ne serait-ce qu’une demi-seconde, à vous rendre à l’Auditorium ce mois-ci.

www.onl.fr

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.