Dodo

“The Ballad of Genesis and Lady Jaye” : amours underground

Dans un documentaire sorti en 2011, The Ballad of Genesis and Lady Jaye, Marie Losier retrace la vie du leader des groupes anglais Throbbing Gristle et Psychic TV : l’artiste transgenre Genesis P-Orridge.

Drôles d’oiseaux que ces deux artistes underground à l’histoire hors-norme choisis par Marie Losier comme sujets de son premier documentaire, The Ballad of Genesis and Lady Jaye. Pionnier de la musique industrielle, Genesis Breyer P-Orridge multiplie depuis la fin des années soixante les coups d’éclats artistiques et corporels. Avec sa femme Lady Jaye, ils entreprennent à l’orée des années 2000 une expérience inédite : devenir des êtres “androgynes”, c’est-à-dire prêts à modifier sans limite le corps dans lequel leur esprit est enfermé. Puisque rien ne semble suffisamment intense pour sceller leur union, chacun recoure à plusieurs opérations de chirurgie esthétique afin de ressembler le plus possible à l’autre. Performance artistique pour les uns, preuve ultime d’amour pour les autres, c’est autour de ce thème de l’identité que Marie Losier a choisi d’axer son film, du moins selon le synopsis.

Un portrait au naturel et sans voyeurisme

Car dans les faits, The Ballad of Genesis and Lady Jaye dresse plutôt le portrait au naturel d’un homme excentrique, Genesis, depuis ses débuts rebelles jusqu’à la mort prématurée de Lady Jaye. Durant sept ans, Marie Losier l’a suivi, sa caméra Bolex à l’épaule, en concert avec son groupe Psychic TV ou dans sa maison de Brooklyn. L’image tressaille souvent mais cet album-photo d’une vie incroyablement riche, agrémenté de documents et d’images extraits des archives personnelles de l’artiste, ne perd jamais de son onirisme. Marie Losier recrée avec dérision et idéalisme des instants particuliers de la vie de Genesis : son premier jour d’école ou sa rencontre avec Lady Jaye (dans un donjon dédié aux pratiques sadomasochistes !).

The Ballad of Genesis and Lady Jaye

L’amitié nouée entre la réalisatrice et le musicien aurait pu tirer le film vers la complaisance. Par moments, The Ballad…prend d’ailleurs des allures de vie rêvée de Genesis par lui-même. Mais, sans voyeurisme, Marie Losier dresse surtout le portrait honnête et touchant d’un être extravagant qui se révèle, dans son quotidien et ses amours, d’une profonde humanité.

 

The Ballad of Genesis and Lady Jaye, en DVD chez Épicentre Films

Disponible gratuitement en streaming jusqu’au 31 mars.

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.