Dodo
everybody's perfect la-parade-parada-film-serbe-gay-heteroclite-lyon-2014

“La Parade”, une folle comédie gay serbe

La comédie serbe La Parade, véritable triomphe au box-office de son pays, est aussi un formidable plaidoyer en faveur des droits des personnes LGBT.

Que les amateurs d’humour raffiné et de comédies au champagne soient prévenus : ici, dans cette Parade venue de Serbie, le rire est plutôt gorgé de bière et chaussé de gros brodequins. Est-ce un problème ? Pas du tout. Car de cette grossièreté assumée, le réalisateur de La Parade a fait une force, mettant ainsi le très grand public dans sa poche et transformant un improbable plaidoyer pro-gay en triomphe au box-office d’un pays largement homophobe !

De quoi est-il question ici ? De l’amour d’un vétérinaire dans le placard pour son amant, organisateur de mariages qui rêve d’une Gay Pride à Belgrade, autant dire d’une mission impossible dans une ville où les innombrables groupes fascistes n’aiment rien tant que casser du pédé, sans que les autorités n’y voient rien de mal. Par amour donc, afin de combler son chéri, le vétérinaire fait appel à un ex-mercenaire des guerres de Yougoslavie qui, pour l’aider, va devoir surmonter ses préjugés et ceux de ses associés…

Farce militante

Tout l’intérêt et la force du film est là, dans cette volonté forcenée qui l’anime de faire pièce aux préjugés, dans ce désir généreux et courageux de faire coexister les différences, dans cette foi bravache dans l’idée qu’apprendre à connaître l’autre est le premier pas pour le respecter. La Parade est dès lors le récit de cette entreprise baroque et barrée, où les folles et les ex-snipers se donnent la main pour affronter la tête haute une société hostile. Le film chemine par mille voies détournées, par mille gags plus ou moins légers, vers sa conclusion espérée et redoutée à la fois : cette première Gay Pride sous la menace de gros bras haineux, à côté desquels les décérébrés français de Civitas font figure d’apôtres de la tolérance…

parada la parade -film-serbe-gay-heteroclite-lyon-juin-2014

En un tournemain, le cinéaste réussit la transformation de sa farce grotesque en film militant aussi grave qu’essentiel, et de ses héros gentiment ridicules en véritables hérauts de la liberté. L’immense succès populaire de La Parade apporte une nouvelle preuve, si besoin était, que le cinéma le plus divertissant peut aussi avoir un rôle social, sociétal et politique.

 

La Parade, de Srdan Dragojevic, avec Nikola Kojo, Miloš Samolov, Hristina Popovic…
En DVD chez Blaq Out

 

Photos : © Delirium Films

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.