Dodo

FAR, une pièce virtuose de Wayne McGregor

Confirmant la place croissante qu’il accorde à la danse, l’Opéra-théâtre de Saint-Étienne accueille FAR, une pièce virtuose et saisissante du britannique Wayne McGregor.

FAR

Wayne McGregor compte parmi les plus enthousiasmants des représentants de la danse néo-classique contemporaine. Une danse virtuose où l’abstraction sert l’émotion, dans des tableaux saisissants par leur composition et leur vitesse d’exécution. Wayne McGregor a pour habitude d’ancrer ses recherches chorégraphiques dans une réflexion sur la science, sur la modernité, le cerveau et le progrès. FAR ne déroge pas à la règle, puisant son inspiration dans un livre de Roy Porter, Flesh in the Age of Reason (La Chair à l’âge de la raison), qui trace une histoire des représentations du corps depuis le siècle des Lumières. Les dix danseurs évoluent dans une ambiance électrique, avec pour seul décor la lumière dont l’intensité et les directions varient, issue d’un magnifique dispositif composé de 3200 LED. Ambiance renforcée par les compositions électroniques de Ben Frost et par les trajectoires très géométriques dessinées par les danseurs. Dans cet univers qui pourrait paraître froid surgit la chair ; les interprètes jettent leurs jambes nues, tordent leurs troncs, se cherchent et se saisissent dans des duos et trios somptueux. Le vocabulaire peut paraître classique de prime abord, mais chaque mouvement est singulier, inattendu, comme procédant d’intuitions ou même d’une nécessité qui nous aurait jusqu’alors échappé. Alors, bien sûr, ces corps aux muscles brillants, ces pointes tendues et cette fierté virtuose sont susceptibles d’agacer, mais la fragilité et l’humanité affleurent cependant dans quelques regards furtifs, la présence d’ombres au fond du plateau et de régulières torsions improbables. Grâce à sa composition et à son rythme implacables, FAR évite la naïveté ou la démonstration. Et nous raconte quelque chose de notre époque ou l’humain peine à se frayer un chemin parmi les ondes, mais y parvient en faisant des pas de côté, en adaptant son chemin et ses façons de marcher à l’environnement.

FAR, dimanche 10 février à 18h à l’Opéra-théâtre de Saint-Étienne, Jardin des Plantes, Saint-Étienne / 04.77.47.83.40 / www.opera.saint-etienne.fr

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.