Dodo

L’érotisme au festival Super Eros, une affaire de femmes

La quatrième édition du festival Super Eros met l’érotisme à l’honneur mais semble avoir manqué le tournant queer. La part belle est néanmoins faite aux femmes, sur scène et en coulisses.

 

En découvrant la programmation du festival Super Eros, le nombre important de femmes surprend, tant le spectacle vivant nous a habitués à reproduire les inégalités de genre de la société. En effet, à quelques rares exceptions près, ce sont des femmes qui sont représentées sur les plateaux de ce festival, dans des spectacles souvent mis en scène par des femmes elles-mêmes. Pour une bonne entrée en matière, Le Choc des atomes voluptueux, écrit, mis en scène et interprété par Agathe Marchal et Marlène Serluppus, propose une approche documentaire de l’érotisme. Dans ce spectacle, les deux jeunes femmes cherchent à comprendre comment fonctionnent les mécanismes érotiques, comment ils sont appréhendés par les femmes et les hommes et quels sont les ressorts – physiques et psychologiques – du désir. Avec une approche plus sensorielle de la question, la performance conçue par Régis Pégeot et mise en scène par Meissoune Majri-Pégeot, intitulée Peep-show (trois fois rien), semble être le spectacle le plus kinky du festival Super Eros. Enfermés dans des cabines, deux comédiennes, (Lysiane Clément et Cécile Hernandez) et un comédien (Timothée Moynat – que l’on a pu voir dans l’adaptation des textes de Burroughs, Sauvages rencontres, au Carré 30) s’adonnent à l’exercice stéréotypé du peep-show. Entre strip-tease et révélations, chaque interprète dévoile son rapport au corps et à la sexualité, interrogeant son propre désir exhibitionniste et renvoyant le spectateur à son plaisir voyeuriste.

TESLA, compagnie érotique

Enfin, la compagnie TESLA – à ne pas confondre avec l’inventeur serbe ni avec le constructeur américain de voitures électriques – qui bénéficie d’une large exposition au cours du festival Super Eros, propose une sélection de spectacles plus en phase avec les questions queer et féministes du moment. Dans Who’s your daddy ? Ou la révolte des princesses à poil(s), mis en scène par Coline Raynaud, trois actrices (Camille Douls, Maryline Fournier et Agathe Marchal) s’interrogent sur les différences générationnelles entre les femmes et clament haut et fort leur droit à disposer de leurs corps et de leur sexualité, mêlant théâtre, danse, strip-tease et chant dans une esthétique empruntée au cabaret. Dans Habemus matrem, c’est la question de l’homosexualité et du travestissement que se propose d’explorer la compagnie, à travers la réécriture du Roméo et Juliette de Shakespeare. La fougue des amours adolescentes se pare alors d’une dimension queer et offre un regard nouveau sur l’intemporalité des sentiments.

Festival Super Eros, du 17 au 22 février au Croiseur, 4 rue Croix Barret – Lyon 7 / 04.72.71.42.26

Photo 1 : Who’s your daddy ? Ou la révolte des princesses à poil(s) – DR

Photo 2 : Habemus matrem – DR

 

À voir :

Who’s your daddy ? Ou la révolte des princesses à poil(s)
Lundi 17 février à 20h15 et 22h, mercredi 19 février à 19h30 et 21h30, vendredi 21 février à 19h15 et 21h15, samedi 22 février à 21h30 et 22h15

Peep-show (trois fois rien)
Lundi 17 février à 20h30, mardi 18 février à 22h, mercredi 19 février à 20h45, jeudi 20 février à 21h30, vendredi 21 février à 20h30, samedi 22 février à 20h

Le Choc des atomes voluptueux
Mardi 18 février à 19h30, jeudi 20 février à 22h15, vendredi 21 février à 22h30, samedi 22 février à 20h45

Habemus matrem
Mercredi 19 février à 21h45, samedi 22 février à 18h30

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.