Dodo

Le festival DesArts//DesCinés crève l’écran, en dansant

À Saint-Étienne, le festival DesArts//DesCinés met en miroir danse et septième art à travers une programmation à la fois pointue et participative.

Les préoccupations de l’association stéphanoise DesArts//DesCinés, qui mêlent danse et cinéma, ne sont pas nouvelles. En 1896, les frères Lumière filment la «danse serpentine» exécutée par l’une des pionnières de la danse moderne, Loïe Füller, adepte des tissus virevoltants, des effets de lumière et de la couleur. En 2011, Wim Wenders sublime les diagonales caractéristiques des chorégraphies de Pina Bausch dans son film Pina. Des frères Lumière à Wim Wenders, cinéma et danse entretiennent une relation féconde, chaque médium trouvant dans l’autre un souffle précieux. La danse, art éphémère s’il en est, y gagne la possibilité d’une trace, mais aussi les moyens techniques d’allers-retours entre le grain de la peau et le grand angle. Le cinéma, quant à lui, trouve dans la danse les ressources pour créer un lien de corps empathique par-delà l’écran entre acteurs et spectateurs et pour enrichir le travail sur l’espace et le mouvement.

Danse-Serpentine festival desarts//descinés saint-étienne heteroclite mai 2014

Des comédies musicales grand public aux expériences artistiques plus confidentielles, des films de spectacles aux recréations, pour l’écran, de pièces crées sur un plateau, un patrimoine s’est peu à peu constitué, intéressant aussi bien les cinéphiles que le milieu chorégraphique. À Paris, la Cinémathèque de la danse conserve et valorise ce patrimoine depuis 1982. À Lyon, la vidéothèque de la Maison de la Danse et le site Numéridanse constituent des expériences inédites de médiation.

Journée spéciale Anna Halprin

La diversité des formes de la danse au cinéma, savantes et populaires, patrimoniales ou contemporaines, se déploie également dans les propositions de DesArts//DesCinés. Projections-goûters pour les familles, programme tango, courts-métrages de création, flashmob spécial Tarantino : le festival qu’elle organise au mois de mai entend faire se lever les spectateurs de leurs fauteuils. Cette préoccupation «transmédia», cet aller-retour entre l’écran et le corps du spectateur, marqueront aussi le dimanche 15 juin (à partir de 11h) une journée spéciale Anna Halprin : à l’issue de la projection de deux films, une grande performance publique, Planetary dance, réunira tous les volontaires dans un «rituel de paix et de renouveau» organisé chaque année au mois de juin dans le monde entier.

 

Festival DesArts//DesCinés, du 17 au 25 mai à Saint-Étienne / www.desartsdescines.org

 

Photo de Une : Pina (2011), de Wim Wenders
Photo 2 : Danse serpentine de Loïe Füller (1896), des frères Lumière

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.