Dodo

L’Institut Lumière projette “Tournée” de Mathieu Amalric

L’Institut Lumière propose le 10 juin une soirée “cabaret” en projetant le film de Mathieu Amalric Tournée en présence de la troupe du spectacle Cabaret New Burlesque (Mimi Le Meaux, Dirty Martini, Julie Atlas Muz, Kitten on the Keys et Roky Roulette).

En 2010, tout le monde a semblé découvrir Mathieu Amalric en tant que réalisateur, nonobstant La Chose publique (2003) ou encore son œuvre autobiographique Mange ta soupe (1997). Tournée est pourtant son quatrième film derrière la caméra. Et si ses anciennes réalisations n’ont été que rarement évoquées, c’est peut-être parce que celle-ci sonne comme une véritable révélation : c’est son premier long-métrage vraiment accessible, un film simple, loin de toute prétention, mais capable de questionner des sujets complexes.

tournée mathieu amalric cabaret new burlesque heteroclite mai 2014

On suit ainsi Joachim Zand (interprété par le réalisateur lui-même), un producteur dépassé mais qui fait tout pour rester dans le coup et qui monte un spectacle-cabaret autour de cinq artistes plantureuses adeptes du style new burlesque. Comme le titre l’indique, nous partons en tournée et il n’est donc pas question du show en lui-même, qui ne sera d’ailleurs que peu filmé, créant parfois la frustration. Amalric s’intéresse plutôt aux coulisses et aux préparatifs du spectacle. De l’Amérique à la France, le film emprunte les chemins du road-movie. Les filles rêvent de Paris alors que le spectacle écume les villes de province dans des conditions chiches ; Joachim ne peut pas les emmener à la capitale à cause de trop nombreuses inimitiés passées.

Des corps filmés sans hypocrisie

Mathieu Amalric traite ici de trois grands sujets : la vision fantasmée de la France, le groupe et ses interactions complexes et enfin les corps. Car Tournée est un film dans lequel s’exhibent des femmes felliniennes filmées sans hypocrisie, avec leurs vergetures et leur cellulite, leurs tatouages et leurs corps vieillis. Par une mise en scène incroyable (et justement récompensée à Cannes), Mathieu Amalric accentue avec habileté l’aspect politique du style new burlesque : un mouvement artistique libérateur des corps et profondément féministe.

 

Mardi 10 juin à 21h à l’Institut Lumière, 25 rue du Premier film-Lyon 8 / www.institut-lumiere.org / 04.78.78.18.95
En DVD chez France Télévisions Distribution

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.