“Pelo Malo, cheveux rebelles” sort en DVD chez Pyramide

Pelo Malo, cheveux rebelles, de la réalisatrice Mariana Rondón, dessine le portrait sensible d’un enfant vénézuélien en plein questionnement identitaire.

 

Pelo Malo, cheveux rebelles de Mariana Rondon heteroclite lyon

 

Signe ostentatoire d’homosexualité : c’est ainsi en tout cas que la mère de Junior, dix ans à tout casser, interprète le désir de son fils de transformer sa tignasse frisée en la chevelure lisse du chanteur de variétés qu’il idolâtre et qu’il imite ad libitum. Alors, elle tente de l’empêcher de chanter et de passer son temps à se coiffer ; elle interroge un médecin ; elle se fait brutale, plus encore que ce que la vie l’a obligée à devenir en la rendant veuve, en lui faisant perdre son travail, en la laissant sans argent et avec deux enfants sur les bras…

Pelo malo, cheveux rebelles, de la réalisatrice Mariana Rondón se construit ainsi sur le rapport complexe, conflictuel, entre Junior et sa mère dont la dureté n’est, en fait, qu’une réaction de peur face à la violence machiste de la société vénézuélienne (les gamines y parlent de viol dans une cage d’escalier, la mère elle-même est obligée de coucher pour retrouver du travail…) et à ce que son fils pourrait subir s’il s’avérait être un maricón

Junior, lui, est pris entre son amour pour sa mère et ce qu’il pressent en lui sans pouvoir le nommer ou l’identifier et qui se manifeste de multiples façons, au-delà même de son désir de cheveux lisses : sa fascination pour les émissions sur les miss, sa façon de chaparder une barrette à sa meilleure copine et, plus que tout peut-être, ses regards insistants sur le si sexy je une épicier qui officie en bas de sa barre d’immeuble…

On trouve ainsi ici nombre de notations sociales car, en plus de cette interrogation en sous-main sur le genre et l’identité qui est au cœur de son film, c’est à un portrait pointilliste de son pays, le Venezuela d’un Hugo Chávez mourant, que s’attache la réalisatrice, loin des caricatures en tous sens que l’on peut si souvent lire.

Film attachant en dépit de ses moments de faiblesse (baisses de rythme, redites…), Pelo malo, cheveux rebelles est une nouvelle belle illustration (après XXY et tant d’autres films) de l’intérêt du jeune cinéma sud-américain pour les thématiques LGBT.

Pelo malo, cheveux rebelles de Mariana Rondón (en DVD chez Pyramide Vidéo)

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Magazine made for you.

NOUS SUIVRE