Dodo

Le festival Face à Face fête sa dixième édition

En fêtant sa dixième édition, le festival Face à Face offre à ses spectateurs un programme divers, joyeux… et engagé. En voici quelques aperçus.

 

 

Notre histoire

the circle der kreis stefan haupt festival face à face saint-etienne heteroclite
En programmant en ouverture de son édition 2014 le lauréat du dernier Teddy Award (le prestigieux prix LGBT du festival de Berlin) du meilleur documentaire, Face à Face choisit d’inscrire sa propre action militante dans le flux de l’histoire longue du mouvement LGBT en France et, plus largement, en Europe. Car Le Cercle (photo ci-dessus), le film de Stefan Haupt qui défendra les couleurs de la Suisse aux prochains Oscars, nous fait découvrir une page aussi passionnante que méconnue de notre passé. À travers l’histoire d’amour véritable et très touchante d’Ernst et Robi, ce mélange de documentaire et de fiction nous permet de découvrir l’existence, en Suisse, d’une des premières associations européennes de convivialité gay, née au début des années 40 à Zürich, qui proposait une revue et organisait des bals. Toujours amoureux plus d’un demi-siècle après leur rencontre, Ernst et Robi témoignent au milieu des reconstitutions de la période. Le film est aussi un avertissement, car l’histoire du Cercle ne fut pas un long fleuve tranquille : à la tolérance des débuts succédèrent brimades, violences policières, interdictions… Les acquis et les droits, on le comprend bien ici, sont toujours à défendre et il ne faut jamais baisser la garde.

 

Nos familles

in the family patrick wang festival face à face saint-etienne heteroclite
Des pères, des frères, des amants, des mères, des enfants… Nos familles sont comme toutes les autres, nouées peut-être de plus de drames, compliquées par la société et ses règles, par le regard des autres et les rejets… Deux formidables exercices de fiction en offrent une illustration. Dans Xenia, du Grec Pános H. Koútras, deux frères, Dany et Ulysse, partent, après la mort de leur mère, à la recherche du père qui ne les a jamais reconnus. C’est tragique et drôle, coloré, terriblement juste sur la situation sociale en Grèce et intense en sentiments. Tout cela donne un récit initiatique et de formation inoubliable pour le jeune gay Dany. In the family (photo ci-dessus), de l’Américain Patrick Wang, est très différent puisqu’il s’agit de la quête d’un père qui, à la mort de son amant, doit se débattre pour récupérer son fils et se recréer une place dans la famille de son enfant… Terrible et tendre, d’une belle humanité mais sans pathos, In the family bouleverse. À noter que Xenia sort en DVD (chez Pyramide vidéo) le 5 novembre tandis qu’In the family sort en salles le 19 novembre.

 

Sur les marges

vic + flo ont vu un ours denis cote festival face à face saint-etienne heteroclite
C’est un drôle de portrait de couple que dessine Denis Côté dans Vic + Flo ont vu un ours (photo ci-dessus) : deux femmes plus très jeunes (l’une a la soixantaine, l’autre a dépassé la quarantaine), deux ex-détenues qui se retrouvent, à leur libération, dans une cabane au milieu de nulle-part. Le film va révéler assez peu de choses d’elles, qui vivent en marge, sans beaucoup de contacts avec le reste de la société : ce n’est pas le sujet de ce conte au réalisme fantastique qui avance à un rythme singulier, nimbé de drames, de crimes, d’inquiétudes. Le réalisateur joue la carte du mystère, d’une certaine étrangeté (même dans la peinture de la relation entre les deux amantes) et c’est assez troublant…

 

Rétropédalage

stranger on a train l'inconnu du nord-express alfred hitchcock 1951 festival face à face saint-etienne heteroclite
Si la période récente regorge de films sur les gays et les lesbiennes et si ceux-ci y tiennent régulièrement des rôles valorisants, il n’en a pas toujours été ainsi. Longtemps, à Hollywood notamment, les homos n’avaient que deux choix : être des victimes ou des criminels, l’un n’excluant pas l’autre. Alfred Hitchcock a ainsi régulièrement parsemé ses films de figures crypto-homos à l’âme très noire et aux actes bien peu sympathiques. L’Inconnu du Nord-Express (1951, photo ci-dessus) offre un bon exemple du talent du maître du suspense en ce domaine.

 

Courts toujours

Luigi et Vincenzo de Giuseppe Bucci festival à face a face saint-etienne heteroclite
Pour la troisième année consécutive, Face à Face offre une place de choix au court-métrage, ce lieu où émergent de jeunes talents et où s’inventent de nouvelles façons d’aborder tous les thèmes LGBT. Gays, lesbiennes, bis et trans seront largement servis au court des trois séances qui vont s’enchaîner pour la Nuit du court-métrage, avec pas moins de dix-huit films au programme, dont quelques perles comme La Princesse de lamour damour d’Arnaud Lalanne ou Luigi et Vincenzo (photo ci-dessus) de Giuseppe Bucci. Un rendez-vous festif et immanquable.

Festival Face à Face, du 27 au 30 novembre à Saint-Étienne / 06.29.43.01.20 / www.festivalfaceaface.fr

 

 

Méchants gays, vilaines lesbiennes !
La projection de L’Inconnu du Nord-Express d’Alfred Hitchcock (1951), vendredi 28 novembre à 17h30 à la Cinémathèque de Saint-Étienne, sera précédée à 16h30 d’une conférence (illustrée d’extraits de films) de Didier Roth-Bettoni sur le thème de l’homosexualité au cinéma, notamment hollywoodien.

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.