Dodo
yagg logo

Yagg, à l’heure des mutations, passe en mode freemium


Presque sept ans après sa création, le pure player Yagg change de modèle économique et réserve désormais une partie de ses articles à ses abonné-e-s.


 

yagg team

 

La disparition de Têtu au cœur de l’été a rappelé cette évidence : dans un contexte globalement défavorable pour l’ensemble de la presse, les médias LGBT français sont plus fragiles encore que les autres. Premier d’entre eux désormais, le site Yagg sait qu’il doit évoluer et s’adapter pour éviter de connaître le sort de Têtu. Comme annoncé dans un chat entre la rédaction et ses lecteurs il y a un peu moins d’un an, le pure player, qui revendique 2,5 millions de pages vues par mois, repose depuis fin mai sur un modèle freemium, associant contenus payants et gratuits. Les revues de web, les articles «people» et certaines brèves restent en accès libre. Mais pour lire les articles plus longs, ceux qui demandent aux journalistes plus de travail d’enquête, de recherche et de temps, il faut désormais s’acquitter de 4,5€ par mois (2,9€ au tarif réduit pour les chômeurs et chômeuses, étudiant-e-s et précaires) ou de 45€ par an (29€ au tarif réduit). Yagg propose également d’autres offres d’abonnement : un engagement sur deux ans pour 79€ qui permet en outre de recevoir un livre publié aux éditions Des Ailes Sur Un Tracteur ou un abonnement à 35€ par an pour les membres d’associations LGBT. Pour assurer sa viabilité, l’équipe du site vise à terme les 3 000 abonné-e-s. Une campagne de crowdfunding (via la plateforme Ulule) menée entre le 6 février et le 19 mars s’est révélée chronophage mais efficace. L’objectif initial de 15 000€ a été atteint en dix jours et à la fin de l’opération, qui a duré quarante-cinq jours, Yagg avait gagné 41 000€ (moins une commission de 8% prélevée par Ulule) et 1112 (pré-)abonné-e-s. Depuis, ce chiffre a progressé beaucoup moins rapidement, à un «rythme de croisière» que l’équipe attribue en partie à la période creuse de l’été et à un manque de disponibilité pour faire connaître les offres d’abonnement. La promotion de ces dernières devrait reprendre de façon plus soutenue à la rentrée car avec 1466 abonné-e-s fin août, Yagg doit encore parcourir la moitié du chemin. Une partie des anciens abonnés de Têtu, désormais orphelins de leur magazine, pourraient d’ailleurs rallier le pure player. Pour l’heure, 49% des abonnés se sont engagés pour un an, 23% pour deux ans et 28% pour un mois (chaque abonnement étant tacitement reconductible). Outre l’accès à tous les articles du site, l’abonnement donne droit à deux newsletters hebdomadaires (un agenda des sorties et un «debrief» – bientôt disponible – condensant l’essentiel de l’actualité LGBT de la semaine) et à des invitations pour des événements organisés par Yagg (les séances de cinéma du «jeudi, c’est gay-friendly») ou ses partenaires (festivals, etc.). Enfin, une fois par mois environ, les abonné-e-s pourront prochainement lire ce qu’on appelle, en jargon journalistique anglo-saxon, un longread, c’est-à-dire «un dossier réunissant textes, illustrations, vidéos, etc.» qui «décrypte un événement d’actualité ou un fait historique marquant».

En mode spartiate

Ancien président d’Act Up-Paris (1994-1996), Christophe Martet a cofondé Yagg en novembre 2008 avec trois autres anciens de Têtu (Judith Silberfeld, Xavier Héraud, Yannick Barbe, ce dernier étant retourné à Têtu début 2013 pour en assurer la rédaction-en-chef jusqu’à cet été). À ses yeux, le passage d’un modèle gratuit à un modèle freemium était indispensable pour survivre sans un mécène tel que Pierre Bergé (qui a permis à Têtu de se maintenir à flot entre 1995 et 2013). Bien que ses revenus aient doublé en 2013-2014 par rapport à l’exercice précédent, la publicité ne représente en effet qu’un tiers environ du chiffre d’affaire annuel de la SAS LGNET, éditrice du site. L’argent restant provient de levées de fonds ou de campagnes de prévention du VIH et des IST réalisées par la rédaction pour le compte de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES), un organisme dépendant du ministère de la Santé. En 2013 et 2014, Yagg a également assuré, moyennant rémunération, la gestion technique et rédactionnelle du site de Têtu, avant que celui-ci ne reprenne son autonomie. En revanche, l’entreprise ne bénéficie d’aucune aide du Fonds d’innovation numérique de la presse (créé par Google pour favoriser la «transition numérique» des médias et doté de 60 millions sur trois ans) : sa demande de financement a été rejetée en juin. La déception a été grande pour toute l’équipe, qui avait monté son dossier pendant plusieurs mois. Yagg devra donc continuer pendant quelques temps encore à vivre en mode spartiate. «Aucun salaire ne dépasse 1,4 fois le SMIC» (un peu plus de 2000€ bruts par mois), explique Christophe Martet. Les salaires représentent les deux tiers des charges de l’entreprise, qui emploie actuellement six personnes : la rédactrice-en-chef Judith Silberfeld, la rédactrice-en-chef adjointe Maëlle Le Corre, les deux journalistes Christophe Martet et Xavier Héraud (qui s’occupent aussi de la gestion administrative pour le premier et technique pour le second), une responsable marketing en charge de la vente de publicités et un apprenti à temps partiel. Yagg vit sans pigiste (à l’exception de Bénédicte Matthieu, qui tient une chronique sportive hebdomadaire, «Terrains de jeux»), mais les bloggueurs et bloggueuses hébergé-es sur le site participent également à l’animation de la «communauté Yagg», tout comme les contributeurs et contributrices extérieur-e-s (militant-e-s, artistes, etc.) régulièrement invité-e-s à donner leur opinion dans des tribunes libres. Il n’en reste pas moins vrai que l’équipe est petite pour la masse de travail nécessaire, qui pourrait encore augmenter avec le passage au freemium. Christophe Martet en est conscient : «il va falloir qu’on écrive plus d’articles longs, ce qui signifie que, par manque de temps, on publiera sans doute un peu moins… D’un autre côté, il est indispensable que l’on continue à mettre en ligne du contenu plusieurs fois par jour pour augmenter l’audience». Si cette quadrature du cercle semble compliquée à résoudre, l’ensemble de la Yagg team est bien déterminée à relever le défi. Tout en sachant que la balle est désormais dans le camp de ses lecteurs et lectrices : la survie du site dépend en grande partie de leur engagement.

www.yagg.com

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.