Dodo
Dyke March

Retour sur la première Dyke March lyonnaise

Le samedi 23 avril 2022, la première marche lesbienne lyonnaise investissait les rues de la ville, à l’occasion de la « Journée de la visibilité lesbienne » fixée tous les ans au 26 avril depuis 2008. Retour en images sur cette manifestation inscrite dans la tradition des Dyke March, qui avait pour mot d’ordre, à la veille du second tour de la présidentielle, « Lesbiennes contre l’extrême-droite ! ».

“Nous, lesbiennes, exigeons plus que d’être simplement vu·es, entendu·es ou représenté·es. Nous souhaitons affirmer notre place centrale dans les luttes féministes et antifascistes.”

“Notre existence même est considérée comme une menace par l’extrême-droite, comme l’a prouvé l’attaque fasciste que nous avons subie l’an dernier lors du rassemblement pour la fierté lesbienne. Nous ne nous laisserons pas intimider.”

“En marchant dans Lyon, qui est aussi le berceau de La Manif pour tous, nous démontrerons la force et la persévérance historiques du mouvement féministe lesbien lyonnais.”

“Nous exigeons à Lyon la fermeture définitive des locaux fascistes, et au niveau national, la dissolution effective et réelle des groupuscules d’extrême-droite. […] Nous nous opposons à la récupération des luttes féministes et LGBTI à des fins racistes, au racisme d’État, à la loi islamophobe sur les « principes républicains ». Nous n’avons pas besoin de plus de police et nous voulons continuer à nous réunir en non-mixité, pour nous organiser, pour respirer.”

“La campagne des élections présidentielles montre que nos droits ne cesseront d’être menacés et remis en question. […] Nous exigeons l’ouverture de la PMA à toutes et à tous, personnes cis, trans et non-binaires, gratuite et sans condition, ainsi que l’autorisation de la méthode ROPA. Nous exigeons que figure dans la législation l’interdiction des mutilations sur les personnes intersexes. Nous exigeons enfin le droit de disposer librement de nos corps et de fonder librement nos familles, loin du modèle hétéropatriarcal.”

Propos de la collective Lesbiennes contre le patriarcat, organisatrice de la marche.

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.