Dodo
intérieur queer

Intérieur queer : les ouailles au bercail

Pour sa résurrection post-restrictions sanitaires, Intérieur Queer, la grand messe des cultures queers officiée par le collectif Plusbellelanuit, combine soirées festives et rencontres réflectives. 

Du 13 au 17 juillet, le bruit des talons de 12 va résonner sur les pavés lyonnais tandis que les brises venues du Rhône et de la Saône risquent fort de se débattre dans les wigs. C’est en effet le retour du festival Intérieur Queer, après une interruption liée au Covid. Fidèle à sa ligne conductrice, le collectif Plusbellelanuit, aux manettes de la direction artistique de l’événement, a pensé une manifestation à la fois festive et engagée dans les débats de société. 

Intérieur Nuit 

Sur le plan festif, le savoir-faire du collectif n’est plus à démontrer, puisque cela fait plus de dix ans qu’il fait danser la communauté LGBT+ lyonnaise lors notamment des célèbres Garçon Sauvage. Ainsi, en point d’orgue du festival le samedi soir, c’est au Transbordeur qu’il faudra être pour une Garçon Sauvage XXL au line-up composé de sept artistes dont Pablo Bozzi en live, les Italiens de Marvin & Guy ou encore la Berlinoise Lucy. 

Néanmoins, Intérieur Queer met également en avant le travail d’autres collectifs de la nuit lyonnaise avec la [SCUM] de TFIF Events le mercredi soir au Sucre ou la Con.ne.s du Consoeurtium sur la péniche Loupika le jeudi soir. Et ouvre même ses portes à l’international avec la soirée du vendredi au Sucre prise en charge par le festival et label ougandais Nyege Nyege.   

© www.gaetan-clement.fr Intérieur Queer – Le Circuit – Kinky France – Le Groom

Intérieur Jour

Hors festivités nocturnes, on ne manquera pas l’inauguration itinérante le long de la rue des Capucins, dans les Pentes de la Croix-Rousse. Celle-ci débutera notamment par le vernissage des expositions d’un photographe, Maxime Muller, et plus étonnant d’un éventailliste, Frédérik Yvan Manuel Gay, à la Galerie Kashagan. S’ensuivra une discussion sur le thème « Documenter l’histoire des cultures queers à Lyon » au Centre LGBTI+ avec la participation de Sonia Dollinger des Archives municipales, de Léna Bouillard du collectif Big Tata et de Roméo Isarte de Mémoires minoritaires. Cette déambulation s’achèvera à La Madone par un live de Lësterr. 

Le jeudi en fin de journée, c’est un Ball Voguing emmené par Vinii Revlon qui résonnera sous la hall de Heat tandis que le vendredi, Drag Rendez-vous fera la part belle à la culture drag locale, nationale et internationale. Enfin, le dimanche, le collectif Famille.s mènera une réflexion autour de l’homoparentalité. 

Du 13 au 17 juillet à Lyon / interieurqueer.eu

© Gaetan Clément

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.