Dodo
EuroGames

EuroGames 2025 : il va y avoir du sport !

Lyon sera dans trois ans la ville hôte des EuroGames, plus grand événement multisports européen dédié à la diversité et à l’inclusion.

A lors que Nimègue (Pays-Bas) accueillera, du 27 au 30 juillet, la 19e édition des EuroGames, nul doute qu’il se trouvera des Lyonnais·es pour suivre avec attention le déroulé de cette grande manifestation sportive LGBT+. Car après celles de Suisse en 2023 et d’Autriche en 2024, c’est dans la capitale des Gaules qu’elle se déroulera en 2025.

Le 20 mars dernier, à l’issue d’une audition devant l’assemblée générale de l’European Gay and Lesbian Sport Federation, Lyon s’est en effet imposée face à Londres (pourtant bien dotée en équipements olympiques), à l’issue d’un vote extrêmement serré. C’estla première fois que cet événement, organisé tous les ans ou presque depuis 1992, revient en France depuis les Jeux de Paris, en 1997. La candidature était portée par le Cercle associatif rhône-alpin gay omnisports, mieux connu sous l’acronyme Cargo. L’association, qui regroupe plus de 600 adhérent·es cette saison, est déjà organisatrice depuis 2007 du Tournoi international gay-friendly, ou Tigaly, dont la dernière édition, en 2019, avait réuni un millier de sportif·ves.

Surtout, elle a pu bénéficier du soutien appuyé de l’Office des sports de Lyon (OSL) et de la Ville. Le maire, Grégory Doucet, a ainsi dit son « immense fierté » d’accueillir dans trois ans cette « compétition festive conjuguant performances sportives, tolérance, inclusion et convivialité », selon les mots de Julie Nublat Faure, son adjointe auSport, à la Jeunesse, à la Vie associative et à l’Éducation populaire. Le budget prévisionnel de l’événement se situe dans une fourchette comprise entre 600 et 700 000€ et sera financé à la fois par le ticket d’entrée de chaque participant·e (moins de 100€), par des subventions publiques (la Ville, la Métropole et le ministère des Sports se sont déjà engagés) et enfin par du mécénat d’entreprise.

L’important, c’est de participer

Durant quatre jours, du 23 au 26 juillet 2025, environ 4 000 athlètes venus du monde entier s’affronteront donc entre Saône et Rhône dans plus d’une trentaine de disciplines, grâce au soutien d’une quinzaine de clubs de l’OSL : tennis, football, rugby, mais aussi pétanque, voile, danse, chant choral… et, bien sûr, natation synchronisée ! Comme pour les Gay Games (autre grand rassemblement sportif LGBT+ se déroulant, lui, tous les quatre ans), la performance sportive n’est pas un critère de sélection.

De même, l’événement est ouvert à tous et toutes, quelle que soit l’orientation sexuelle. Et, à l’heure où 19 États américains prennent des mesures pour empêcher les sportives trans de participer à des compétitions féminines, et où tant de médias font leurs choux gras de ces polémiques transphobes, les athlètes trans concourront évidemment dans la catégorie correspondant à leur identité de genre. En outre, Cargo a noué des partenariats avec la Fédération française handisport (FFH) et le Comité paralympique et sportif français (CPSF) afin que les Jeux soient accessibles aux personnes en situation de handicap. « L’enjeu des EuroGames est de faire avancer l’inclusion dans et par le sport, souligne Cédric Lemarié, président de Cargo, c’est pourquoi la collaboration avec les clubs sportifs non-LGBT+ de l’OSL est si importante : nous voulons profiter de l’organisation de l’événement pour travailler avec eux ces thématiques, par exemple via la signature de la Charte sport et trans ».

En guise d’échauffement, Cargo organisera, du 7 au 10 avril 2023, une nouvelle édition du Tigaly. Une sorte de répétition générale, en miniature, de ce qui nous attend en 2025…

PRATIQUE
Inscriptions pour participer bénévolement à l’organisation des EuroGames sur lyon2025.com

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.