Aloïse Sauvage

Aloïse toujours aussi Sauvage

Artiste aussi à l’aise au cinéma (120 battements par minute, Hors Normes) que dans les séries (Dix pour Cent, Stalk), Aloïse Sauvage retrouve enfin son avatar musical pour un deuxième album éponyme, Sauvage.

Révélée au grand public dans 120 battements par minute, Aloïse Sauvage s’est rapidement diversifiée et publie ses premières chansons fin 2017. Trois ans plus tard sort Dévorantes, un premier album entre rap et pop militante. Onze chansons qui racontent la vie d’une femme, victime de sexisme et qui affirme son lesbianisme. Sauvage, son deuxième album sorti le 7 octobre est dans la pleine lignée de Dévorantes, mais plus sombre. Il y est toujours question d’histoires d’amour (heureuses ou tragiques) et de violence quotidienne mais aussi de santé mentale. Aloïse Sauvage s’ouvre complètement et révèle les différentes violences auxquelles elle doit faire face : celle de l’industrie musicale, de la société patriarcale et des ruptures amoureuses. 

Chaque chanson notifie un mal-être et porte une revendication. Montagnes russes, Soulages et Focus abordent chacune à leur manière le milieu musical. Concurrence, logique marchande, pression constante… Le monde musical est loin d’être rose et Aloïse Sauvage est mise à rude épreuve. Sur fond d’électro, M’envoler et Fumée sont des plongées dans la tête de l’autrice. Le tube Crop top dénonce quant à lui les féminicides et appelle à “faire taire la violence du système“.

Sauvage est donc un album autobiographique dans lequel Aloïse Sauvage raconte également ses peines de cœur. La sensualité de XXL et Joli danger, le sentiment amoureux dans Aime moi demain et Paradis pour arriver à la tristesse de la rupture dans Love. Aloïse Sauvage ne cache rien, de qui elle est, ni de ce qu’elle ressent. C’est sur ce deuxième album qu’elle assume enfin son statut de rappeuse talentueuse. Bien que certaines prods soient pop, l’artiste navigue entre r’n’b et rap avec une facilité déconcertante. Certains morceaux sont vaporeux quand d’autres sont de petites bombes. Des textes minutieusement écrits et des instrus variées sont au service d’un discours politique et personnel revendicateur. À la façon d’une 070 Shake française, dans le sillage d’une Jäde ou rappelant Lala&ce, Aloïse Sauvage signe un album au croisement de différents genres et pourtant viscéralement hip-hop. Une rappeuse talentueuse dans le paysage francophone.

À écouter

Sauvage d’Aloïse Sauvage. Disponible sur les plateformes de streaming. 

À voir 

Aloïse Sauvage en concert le 30 novembre au Marché Gare, 4-6 place Hubert Mounier-Lyon 2 / 04 72 40 97 13 / www.marchegare.fr

©Flo Pernet

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Magazine made for you.

NOUS SUIVRE