Brigitte Fontaine est folle, elle le chante, son accoutrement et ses apparitions télé insensées le prouvent. Mais derrière l’excentrique de service se cache un grand auteur, qui vient de faire paraître un nouvel album de reprises en duos de ses propres chansons : L’Un n’empêche pas l’autre.

Brigitte Fontaine avec un entonnoir sur la tête : voilà l’image que l’entourage de l’autoproclamée reine des kékés et sa maison de disques cultivent jusqu’à l’extrême, transformant au fil des années la chanteuse en freak. On en oublie presque qu’en quarante ans de carrière, l’auteur du Nougat a déniaisé la chanson de femmes, écrit des textes (chansons bien sûr mais aussi romans ou nouvelles) d’une poésie qui n’appartient qu’à elle, métissé la chanson française avec l’aide de son compagnon Areski Belkacem et pris des positions autrement plus fortes que celles que l’on affiche sur les plateaux de Laurent Ruquier (elle a été notamment signataire du Manifeste des 343 salopes en 1971).

Mais son plus grand talent reste d’avoir toujours su s’entourer des meilleurs, à commencer, donc, par Areski Belkacem, musicien multi-instrumentiste qui a été influencé dans son travail de composition par la musique orientale, le free-jazz et l’expérimentation. Leur collaboration a donné lieu, en 1969, au meilleur album de Brigitte Fontaine : Comme à la radio. Le disque fut porté aux nues par les New-Yorkais de Sonic Youth, qui travailleront par la suite avec Brigitte sur Kékéland (2001), en signant notamment le magistral titre Demie Clocharde.

Mais la bande de Thurston Moore n’a pas été la seule à tenter l’aventure Fontaine : Daho, Noir Désir, les Valentins, Katerine ont tous chanté avec elle, sans oublier bien sûr Higelin, son grand pote auprès de qui tout a commencé avec l’album 12 chansons avant le déluge (1966).

Une dernière curiosité

Depuis trois albums, Brigitte Fontaine ne signe plus de grands disques mais de grands titres, triés sur le volet. Elle meuble beaucoup avec des reprises ou des chansons vite-faites-bien-faites et n’évite pas toujours l’auto-caricature : une touche de rébellion, un peu de vulgarité et le tour est joué. C’est ce qui nous attend avec L’Un n’empêche pas l’autre, son dernier opus, sorti le 23 mai. Commandé par sa maison de disques (Polydor), qui souhaitait un album de duos, notre Brigitte septuagénaire fait le strict minimum en reprenant ses propres titres, accompagnée de guests : Grace Jones, Christophe, Arno, Emmanuelle Seigner… Bien plus anecdotique qu’artistique, donc. Y jeter une oreille vaut quand-même le détour, notamment pour son duo avec Bertrand Cantat ou pour les quelques titres inédits. En revanche, il n’est jamais trop tard pour se baigner dans les eaux poétiques de Brigitte Fontaine et se plonger dans ses productions passées…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.