Le Patient du docteur Hirschfeld Qui se souvient de Magnus Hirschfeld ? Pas grand-monde assurément, à moins d’être un spécialiste de l’histoire de la sexualité et de l’homosexualité. Pour remédier à ceci, voici quelques lectures pour s’instruire sur la culture queer…

 

C’est dire à quel point est friable notre mémoire et sont fragiles les traces de notre passé. Car Magnus Hirschfeld, jeunesse ingrate, fut peut-être le premier militant de la cause gay, le premier en tout cas à prendre en charge les invertis, les déviants, les travestis… et à les soutenir, et à les défendre, et à se battre contre les discriminations dont ils étaient victimes. C’était il y a un siècle à peine, à Berlin, où Hirschfeld ouvrit le premier Institut de Sexologie au monde. Un refuge et un centre d’archives qui fut, en 1933, dès leur arrivée au pouvoir, la première cible et la première victime des nazis. Même s’il la noie dans une intrigue à tiroirs parfois maladroite qui court jusqu’en Amérique du Sud dans les années 50, cette figure oubliée est ressuscitée par un roman de Nicolas Verdan, Le Patient du docteur Hirschfeld, dont la réactivation de notre mémoire collective (ici la vie des homosexuels à Berlin avant et après l’avènement hitlérien) est un des enjeux. C’est aussi ce qui fait en partie l’intérêt de la lecture d’un autre roman, Danish girl, de David Ebershoff. Sous une forme extrêmement fictionnée, ce jeune Américain au talent indéniable nous raconte une histoire totalement occultée, celle d’un peintre danois, Einar Wegener, devenu au tournant des années 20-30, Lili Elbe, le premier transsexuel connu. Là encore, via la littérature, le monde et le mode de vie de nos ancêtres homos reprennent des couleurs. Ce n’est pourtant rien à côté de l’émotion que l’on éprouve à découvrir les huit récits réunis dans Bougres de vies. Recueillies la plupart du temps à des fins médicales, ces histoires à la première personne nous donnent à comprendre et à appréhender ce que traversèrent les homosexuels français au XIXe siècle, face à une société bien plus hostile que la nôtre, même si certains des misérables arguments des opposants au mariage gay semblent tout droit sortis de ce temps-là.

 

Le Patient du docteur Hirschfeld de Nicolas Verdan (camPoche)

Danish girl de David Ebershoff (Libretto)

Bougres de vies (Queer lives) de William A. Peniston et Nancy Erber (ErosOnyx)

Trackbacks/Pingbacks

  1.  The Danish Girl : pauvre Lili ! - Heteroclite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.