Partager cet article :

L’année dernière, Nuits Sonores fêtait ses dix ans et, pour l’occasion, le festival nous régalait avec de grosses pointures comme Flying Lotus, Gesaffelstein ou encore !!!(tchk tchk tchk). En 2013, la onzième édition mise sur des artistes moins connus et pourtant tout aussi prometteurs. Coup de projecteur sur cette programmation nocturne.

NuitsSonores

L’édition 2013 de Nuits Sonores à cheval sur deux jours fériés, commencera exceptionnellement l’avant veille (et non la veille comme habituellement) du jeudi de l’Ascension. En partenariat avec le festival Les femmes s’en mêlent, la soirée d’inauguration aux Subsistances intitulée Good Evening Girls !, mettra les filles à l’honneur. Ça commencera dès 19h avec Kid A, dont la voix suave navigue au cœur d’un univers sonore électronique habillé de morceaux minimalistes jazzy. Puis les Djettes prendront la relève : Rag, chef de file du collectif Barbieturix, lancera le premier set, suivie de Diane qui distille une musique au style techno, agrémentée de sonorités cosmiques et synthétiques, et enfin de P.I.L.A.R, qui s’inscrit dans une mouvance cold wave, fera vibrer nos tympans avec sa voix couplée aux sons de synthétiseurs et de micros.

Mercredi 8 mai, la première nuit du festival s’annonce éclectique. La scène 1, aux anciennes usines Brossette, sera animée en début de soirée par la touche acid-house du Dj Boston Bun. Il sera suivi par Alunageorge, avec une musique combinant hip-hop expérimental, r’n’b des années 1990 et house, et Breton, dont le nouveau projet Surrounded allie travail sonore et visuel. Après minuit, le New-yorkais Yasiin Bey, plus connu sous le nom de Mos Def, le Dj Busy P et SBTRKT offriront une hybridation musicale entre hip-hop, dubstep et rock, sous des sonorités électro.
Sur la scène 2, Mush, le duo Paradis et Guti ouvriront le bal, avec des accents électroniques et house. Puis changement de décor en fin de soirée avec Steve Bug, l’un des précurseurs de la techno minimale. Une ambiance «garage» planera sur la scène 3. Les Lyonnais The Cavemen Five proposeront un son entre surf psyché et garage punk sauvage. Le groupe suisse The Monsters et les Espagnoles Mujeres joueront leur rock primitif. Puis le duo français Gangpol & Mit déploiera son univers à la fois sonore et visuel, avec des touches électro mélodique et avec des personnages de cartoon. Enfin, le Lyonnais Alto Clark et son univers entre Dan Deacon et Lil b, clôtureront cette première nuit.

La fête se prolongera le vendredi 10 mai pour la troisième nuit du festival, toujours aux anciennes usines Brossette. À peine âgé de 18 ans, King Krule fera vibrer les oreilles avec des sons mélangeant dub, pop, soul et rap sur la scène 1. Il sera suivi par le Dj set de Jamie XX, membre du groupe anglais The XX. Pour l’occasion, il livra des compositions mariant avec subtilité dubstep, house et électro. Enfin, le Londonien Scuba sera le dernier Dj à occuper la scène, avec une house marquée par des accents électro-funk robotique et des beats 90′s. Fritz Kalkbrenner animera la scène 2 avec son style singulier, oscillant entre soul, funk, hip-hop et house, tandis que sur la scène 3 la Parisienne Melody Prochet dévoilera son projet Melody’s Echo Chamber, une aventure musicale et cinématographique, qui se veut dans une lignée pop. Puis place à un univers psychédélique avec Connan Mockasin et ses collages sonores expérimentaux. Enfin, Dan Deacon lâchera la bride à ses compositions électro-expérimentales, empreintes de cultures contemporaines underground.

La dernière nuit du festival se tiendra le samedi. Sur la scène 1, Pantha du prince en collaboration avec The Bell Laboratory proposeront une création mixant électronique, carillons et percussions. Suivra le Dj norvégien Prins Thomas, maître du space disco, entre le krautrock brumeux, le jazz hippie et le disco. Autre norvégiens la soirée, Lindstrom et Todd Terje déploieront un éventail musicale oscillant entre dub, synth-pop, house et techno. Le Dj Daphni illuminera la scène 2 avec des compositions pleine d’énergie, à la fois magnétique et intense. Sur la scène 3, Nosaj Thing déversera un hip-hop instrumental truffé de beats abstracts, de samples vocaux et de réminiscences 8-bits. Les deux frères de Spitzer proposeront des sons remplis de feedbacks électro, couplés à des synthés lourds et répétitifs. Pour terminer le festival, le Canadien Jacques Greene mixera des morceaux de voix issues du r’n’b des 90′s avec des combinaisons house.

Cette année, le festival Nuits Sonores cherche à mettre en avant de jeunes artistes. Éclectique et féroce, la programmation nocturne offre de belles scènes qui seront ravir les amateurs de musique électro et Inde.

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>