Chaque mois, un expert répond aux questions que vous vous posez sur l’homosexualité et le genre. Ce mois-ci, le professeur Guillaume Ophobe répond à une question brûlante : « Frigide Barjot est-elle une fille a pédés ? ».

Frigide Barjot, fille à pédés ? C’est en tous cas ce qu’elle clame haut et fort pour faire oublier ses positions rétrogrades et homophobes sur le «mariage pour tous». Mais pour répondre correctement à cette question, il faut tout d’abord redéfinir ce qu’est une fille à pédés. Facilement repérable dans une boîte gay, c’est la petite boulotte rigolote accompagnée par trois ou quatre de ses amis homos. La fille à pédés, appelée aussi FAP, n’est pas bien jolie. Enfin, si, elle pourrait l’être, mais elle se trouve dans une phase de sa vie où elle ne se sent pas désirable et un peu paumée. Elle compense cet état d’esprit défaitiste par une extrême bonne humeur : la FAP a toujours une bonne blague à vous raconter ; c’est aussi la «allô, Macha ?» qui écoute sans se plaindre les peines de cœur de ses amis gays.

Elle adore le milieu et prétend le connaître mieux que quiconque. Sauf que ses amis lui épargnent toujours la réalité crue, celle qui se passe derrière le rideau noir des backrooms, qu’elle tire pourtant à chaque fois par mégarde, pensant trouver les toilettes. Et quand ils lui dévoilent, après trois Smirnoff Ice, les petits secrets pour bien réussir un fist-fucking, elle est fascinée mais trouve ça quand même un peu sale.

Pas d’amitié sans égalité

Si la FAP ne sort qu’en boîte homo, c’est parce que, dans les clubs hétéros, elle ne se fait jamais draguer. Lors de ses soirées entre copines, c’est toujours elle qui reste en plan à garder les sacs et à relire des vieux SMS sur son iPhone 1. Alors, pour éviter ces humiliations, elle préfère se décharger de toute responsabilité en choisissant les clubs où elle sait d’avance qu’elle ne flirtera jamais.

Et oui, si, en boîte gay, elle ne se fait pas brancher, ce n’est pas parce qu’elle est moche, c’est parce que tous les mecs sont gays. Ce qui ne l’empêchera pas, en fin de soirée de se faire allumer par le jeune gay bourré de service qui prétend être encore un peu hétéro. La fille à pédés s’en contentera : après tout, c’est mieux que rien, ce «rien» qu’elle récolte dans les bars branchés hétéros depuis trop d’années.

Par beaucoup d’aspects, Frigide Barjot est donc une FAP : elle n’est pas très désirable (Frigide) et compense par une excessive bonne humeur (Barjot). En revanche, là ou Frigide Barjot se trompe, c’est que la fille à pédés aime réellement ses potes gays et les considère comme ses égaux, pas comme des pièces rapportées exotiques. La fille à pédés sera donc de toutes les manifs pour soutenir les droits de ses amis et combattre les positions rétrogrades de Frigide Barjot et cie. La FAP n’est pas homophobe. Alors grand bien fasse à Frigide Barjot de s’autoproclamer «fille à pédés». Mais libres aux gays également de lui rétorquer qu’eux, en revanche, ne seront jamais des «pédés à connasses».

 

Photo : Frigide Barjot accompagnée de Xavier Bongibault lisant l’appel au président de la République sur le podium au Champ-de-Mars, lors de la « Manif pour tous » contre le mariage homosexuel à Paris le 13 janvier 2013 © Marie-Lan Nguyen / Wikimedia Commons / CC-BY 2.5

12 Réponses à “Frigide Barjot est-elle une fille a pédés ?”

  1. Marguerin

    Cet article transpire une misogynie (=haine des femmes) parfaitement dégueulasse. La honte absolue. Mais tellement pas étonnant. Le sexisme chez les gays, on en parle quand?? De la part d’un pédé résolument féministe.

    Répondre
  2. Romain Vallet

    Il s’agit d’un article humoristique dans le cadre d’une rubrique parodique, comme le nom de son auteur le laisse deviner… Je vous invite à lire les autres articles publiés dans « le coin du spécialiste » (www.heteroclite.org/category/societe/le-coin-du-specialiste), vous verrez que les filles à pédés ne sont pas les seules à se faire (gentiment) charrier par le Pr. Guillaume Ophobe et qu’il ne s’agit ni de misogynie, ni d’homophobie…

    Répondre
  3. superkiwi

    Je suis totalement d’accord avec Marguerin.
    Le coup du « non, c’est pas misogyne, c’est de l’humour » de Romain est pathétique.
    On croirait entendre les gens de la manif pour tous « mais non, on n’est pas homophobes !!! »

    Répondre
  4. Romain Vallet

    Votre esprit de sérieux est d’un sinistre… Avant de pointer du doigt la misogynie inhérente aux gays, jetez un œil à tous les articles que nous avons consacré en sept ans d’existence aux questions féministes : je ne pense pas qu’il y ait beaucoup de publications homosexuelles en France qui leur ait réservé une telle place. Par ailleurs, quand le professeur Guillaume Ophobe écrit, dans un journal gay (pas dans Minute, hein !) que «les homosexuels aiment tellement [les cheveux] qu’ils finissent tous coiffeurs» (http://www.heteroclite.org/2013/02/06/societe/le-coin-du-specialiste/pourquoi-les-gays-et-les-lesbiennes-ont-ils-des-coupes-de-cheveux-si-particulieres), l’ironie ne vous saute pas aux yeux ? Vous allez nous traiter d’homophobes, aussi ? Je ne crois pas que ce soit en enfilant les gros sabots de la bonne conscience et du premier degré que vous parviendrez à faire évoluer en quoi que ce soit les mentalités. À l’inverse, je suis persuadé que la caricature et l’humour, en faisant prendre conscience de la permanence des préjugés, peuvent parvenir à les combattre plus efficacement que vous ne le faîtes.

    Répondre
  5. QueerAsFuck

     » L’oppresseur n’entend pas ce que dit son opprimé comme langage mais comme un bruit. C’est la définition de l’oppression [….]
    L’oppresseur qui fait le louable effort d’écouter (libéral intellectuel) n’entend pas mieux.
    Car même lorsque les mots sont communs, les connotations sont radicalement différentes. C’est ainsi que de nombreux mots ont pour l’oppresseur une connotation-jouissance, et pour l’opprimé une connotation-souffrance. Ou : divertissement-corvée. Ou loisir-travail. Etc. Aller donc causer sur ces bases. »

    Christiane Rochefort,  » Définition de l’opprimé »

    Répondre
  6. Gally

    je trouve aussi assez scandaleux ce cliché de la « fille a pédé » comme si une fille qui a des amis pédés est forcément moche et mal dans sa peau. vraiment lamentable ce délire misogyne, je ne vous félicite pas.

    Répondre
    • Romain Vallet

      Ah si, si, on vous assure, une fille avec des amis pédés est forcément moche et mal dans sa peau, c’est scientifiquement prouvé. D’ailleurs, tout cet article est très sérieux et ce qui y est écrit doit être pris au pied de la lettre.

      Répondre

Trackbacks/Pingbacks

  1.  Frigide Barjot est-elle une fille a p - | Rue89Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.