Dans ses deux premiers textes pour la scène, Charlie La Nuit et TO LOSE, Nicolas Boualami suit les errements de personnages gays en butte avec leurs sentiments, mêlant habillement récits autobiographiques et fiction.

nicolas boualami charlie la nuitAprès une formation de comédien au cours Florent et une incursion dans la mise en scène, Nicolas Boualami entame une carrière dans l’industrie musicale en tant qu’auteur et directeur artistique. Avec les deux « seuls en scène » qu’il propose au Lavoir Public, dans lesquels la musique et la vidéo occupent une place de choix, il revient à ses premières amours théâtrales, assisté à la mise en scène par Yael Tama, et explorent les ramifications des déceptions sentimentales, qu’il s’agisse d’une peine de cœur ou de la perte d’un parent.

Dans Charlie La Nuit, il observe les pérégrinations amoureuses et sexuelles, entre Paris et Lyon, entre faste et déconvenue, de son personnage, interprété par le comédien lyonnais Charlie Danancher. Cependant, Boualami a l’art de brouiller les pistes et aime jouer avec les attentes du spectateur. Ainsi, le Charlie du titre n’est pas le personnage incarné sur scène, mais l’homme après qui il court. Car il s’agit bien d’une course ici, d’une course effrénée dans un univers urbain et anonyme pour conquérir l’autre, pour se faire aimer.

La structure du texte, qui rappelle celle des Stationendrama expressionnistes, est composée de quatorze tableaux qui scandent les étapes d’une relation amoureuse dénuée de flamboyance. Car c’est dans les détails du quotidien, dans un billet de train froissé, dans un digicode oublié ou dans un T-shirt trop souvent porté, que Boualami traque les méandres du sentiment amoureux.

Papa Don’t Preach

Ce goût du détail, du « presque rien » pour reprendre le titre du film de Sébastien Lifschitz, se retrouve dans TO LOSE. Ici, le personnage, interprété par Fabien Ducommun, retourne à Toulouse, sa ville natale, après le décès de son père, un peu à la manière de Didier Eribon dans son livre Retour à Reims. Alors qu’il avait tout fait pour mettre de la distance entre sa famille et lui, il est contraint de faire face à son passé et de se confronter à une hérédité à laquelle il croyait s’être soustrait.

Comme dans le premier texte, les éléments autobiographiques viennent nourrir les émotions du personnage et renvoient le spectateur à sa propre expérience. L’écho que ces textes génèrent dans le public doit beaucoup à l’écriture de Nicolas Boualami qui oscille entre précision clinique et formules enthousiasmantes héritées de son expérience en tant qu’auteur de chansons pop. A l’image du titre de TO LOSE, qui joue sur les sonorités et les significations, les mots de Boualami se chargent d’un double sens et créent un interstice dans lequel chacun est libre de mettre un peu de lui-même.

Charlie La Nuit les 17 et 18 avril et TO LOSE les 20 et 21 avril au Lavoir Public, 4 impasse de Flesselles – Lyon 1 / 09.50.85.76.13 / www.lelavoirpublic.fr

Photo © Patrick Roy

 

Nicolas Boualami : bio express

Né en 1976 à Toulouse (comme le personnage principal du second “seul-en-scène” présenté au Lavoir public), Nicolas Boualami obtient un DESS de littérature américaine à la Sorbonne en 1996. Deux ans plus tard, il signe sa première mise en scène dans le cadre du festival off d’Avignon avec Eva Perón de Copi, pièce pour laquelle il obtient le prix du public et de la critique. Le spectacle tournera en France et à l’étranger.

Au cours des années 2000, il collabore à divers projets pour le cinéma, le théâtre, la télévision et la musique en tant que scénariste, consultant et parolier. En 2012, Nicolas Boualami publie chez Sony Music ElleSonParis, un album concept qui rend hommage aux vingt arrondissements de la capitale, chaque arrondissement étant mis en musique par un compositeur et chanté par une actrice française. Y ont collaboré Juliette Gréco, Alain Chamfort, Alex Beaupain, Dominique Blanc, Laura Smet, Jane Birkin ou encore Romane Bohringer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.