Rencontre avec Lizzie Crowdagger, une autrice lyonnaise dont les personnages LGBT évoluent dans des univers de fantasy peuplés de vampires, de loup-garous et autres créatures surnaturelles.

Avec l’été, les vacances et la plage, il est temps de glisser dans sa valise le polar qui va nous accompagner durant les longues séances de bronzage. Laissez tomber les stars du genre comme Michael Connelly, Jean-Christophe Grangé ou Franck Thilliez et partez à la découverte de l’œuvre de Lizzie Crowdagger. L’autrice lyonnaise a publié en début d’année son deuxième roman, Enfants de Mars et de Vénus : l’occasion de découvrir son univers si personnel.

Une passion d’écrire dès l’adolescence

Lizzie Crowdagger développe le goût de l’écriture dès son adolescence, mais c’est surtout lors de ses études que cette activité prend pour elle une importance primordiale. Le genre qu’elle affectionne tout particulièrement est celui du fantastique, du surnaturel. Parmi les auteurs qui ont eu une grande influence sur elle, elle cite aussi bien Anne Rice (Entretien avec un vampire) que Terry Pratchett (Les Annales du Disque-Monde) ou encore Neil Gaiman (American Gods). Cependant, Lizzie Crowdagger perçoit dans ces univers de fantasy un manque de thématiques LGBT qu’elle comble pour elle-même et pour les amateurs du genre.

Un univers mêlant fantastique et humour

Dès son premier roman, Une autobiographie transsexuelle (avec des vampires), paru en 2014, le ton est donné. Sorcières, vampires, loups-garous sont les protagonistes de cette œuvre de fantasy urbaine qui relate les aventures de Cassandra, une étudiante trans, et de son amante Morgue, une vampire lesbienne. Avec Enfants de Mars et de Vénus (2017), Lizzie Crowdagger joue un peu plus sur l’ambiguïté surnaturelle. Alys, la mécanicienne trans, et Lev, la lesbienne motarde, se retrouvent impliquées dans une histoire de meurtres en série où fantastique et réalité se fondent l’un dans l’autre avec une subtilité qui n’est pas sans rappeler certains romans de Maxime Chattam.

Mais au delà des références dont elle s’est nourrie, Lizzie Crowdagger a développé un style personnel, un univers mêlant action et humour, où la magie s’oppose aux flingues et où les vampires se damneraient – s’ils ne l’étaient pas déjà – pour du cuir et des motos. Ses romans ont aussi une portée politique évidente, la fantasy permettant d’aborder de manière métaphorique notre quotidien et d’interroger les rapports de force, lutte et de pouvoir entre les minorités oppressées et les classes dominantes. Ces thématiques, on les retrouve également dans le restant de l’œuvre de Lizzie Crowdagger : une vingtaine de nouvelles et les trois premiers épisodes de la série lesbiano-vampirique La Chair et le sang, tous disponibles sur le site de l’autrice.

 

Une autobiographie transsexuelle (avec des vampires) et Enfants de Mars et de Vénus de Lizzie Crowdagger (édition Dans nos histoires)
www.crowdagger.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *