Avec Mujer vertical, le metteur en scène Éric Massé transpose son précédent spectacle en Colombie et donne la parole à des combattantes de la guerre civile.

En 2011, le comédien et metteur en scène Éric Massé incarnait un personnage féminin, Juliette, dans le spectacle Une chambre en ville, créé par le collectif artistique de la Comédie de Valence. Deux ans plus tard, c’est sous ce même alias qu’il présentait un solo, Femme verticale. «Juliette» déclamait alors sur scène des textes de Simone de Beauvoir, Virginie Despentes, Anaïs Nin, Simone Veil, Olympe de Gouges… Autant de femmes qui, par leurs écrits, leurs actions et leurs vies, ont combattu le sexisme et le patriarcat. Le spectacle Mujer vertical, conçu à l’occasion de l’Année France-Colombie, est en quelque sorte le troisième volet des aventures de Juliette. Si on y entend encore des textes des autrices précitées, leurs paroles se mêlent à celles de femmes colombiennes que Massé a recueillies à Bogota.

Victimes et combattantes

Leurs récits racontent l’histoire récente de ce pays d’Amérique latine, marqué par une guerre civile d’un demi-siècle entre guérilleros  de gauche et milices paramilitaires d’extrême-droite. Alors que cette page sanglante semble enfin être tournée, grâce à un accord de paix conclu il y a à peine un an, on (re)découvre alors la dimension genrée, souvent oubliée, de ce conflit. Les femmes ont en effet été les premières victimes des violences sexuelles commises par les deux camps. Et les violences conjugales n’ont pas disparu en même temps que la guerre : en Colombie, tous les trois jours, une femme meurt sous les coups de son partenaire (ou ex-partenaire) – des chiffres d’ailleurs similaires à ceux que l’on connaît en France.

Les voix d’une ex-paramilitaire, d’une ex-guérillera et d’une figure engagée de la communauté afro-colombienne, toutes victimes de la guerre mais également actrices de leur reconstruction et de celle de leur pays, rejoignent ainsi celle d’Alejandra Borrero, comédienne et militante lesbienne, l’une des porte-paroles les plus visibles des luttes LGBT en Colombie. Chacune avec son histoire contribue ainsi à élargir l’horizon et les combats féministes de Juliette et, par la même occasion, de son public.

 

Mujer vertical
Les 11 et 12 octobre à la Comédie de Valence, place Charles Huguenel-Valence / 04.75.78.41.70 / www.comediedevalence.com
Les 20 et 21 octobre dans le cadre du festival Sens Interdits au Théâtre de la Renaissance, 7 rue Orsel-Oullins / 04.72.39.74.91 / www.theatrelarenaissance.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *