Tout autant qu’un récit initiatique, Closet Monster raconte comment un garçon devient adulte en exorcisant son passé, en apprenant à dealer avec ses peurs.

Ce n’est pas insignifiant, les noms. Ici, il y a Oscar, le jeune héros, et puis il y a Wilder, dont il tombe amoureux. Oscar et Wilder… On voit bien où on est. Dans son enfance, Oscar a assisté à un tabassage homophobe. Il en est resté traumatisé et cela hante encore ses cauchemars de garçon connaissant la nature de ses propres désirs. Ses parents séparés, il a pour seul confident son hamster, ou plutôt la série de hamsters qui se succèdent au fil des années, et qui lui parlent comme il leur parle… Étonnant dans sa forme, sensible dans son propos, Closet Monster (projeté en avant-première à Saint-Étienne à l’occasion du festival Face à Face) est un très joli premier film.

 

Closet Monster de Stephen Dunn.

Sortie en salle mercredi 13 décembre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.