Une femme fantastique dresse le portrait terriblement attachant d’une femme debout, qui ne cesse de construire son destin et d’avancer.

Un homme, une femme. Ils s’aiment. Il est plus âgé qu’elle. Il meurt. Et voilà que la belle femme devient, aux yeux des autres, un monstre. On la chasse de l’appartement, on la refuse aux obsèques, on la pourchasse dans la rue, on la méprise, on la nie. Aux yeux des autres (l’ex-épouse, la famille…), elle est réduite à son identité trans… La grande réussite d’Une femme fantastique, c’est de ne faire de la transidentité un problème que pour les autres, jamais pour l’héroïne ou pour les spectateurs. Porté par Daniela Vega, actrice trans elle-même (ce qui est suffisamment rare pour être salué), ce très beau film chilien fascine par sa modernité et son humanité.

 

Une femme fantastique de Sebastián Lelio, jeudi 23 novembre à 21h45 au Méliès Jean Jaurès, 10 place Jean Jaurès-Saint-Étienne

Festival Face à Face, du 21 au 26 novembre / www.festivalfaceaface.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.