Avant Giselle, la chorégraphe sud-africaine Dada Masilo nous avait déjà émerveillé·es avec sa version (présentée à la Biennale de la Danse en 2012) du Lac des cygnes de Tchaïkovsky.

Dada Masilo y soulevait la question de l’assignation de genre dans le ballet (et avait fait porter à tou·tes ses danseur·ses des tutus). À travers Giselle, c’est à un nouveau projet et à une nouvelle interprétation féministe, alliant musique classique et percussions africaines, que Dada Masilo s’attelle, en proposant un rôle féminin fort, qui trouve sa liberté dans la vengeance.

Du 3 au 7 octobre 2018 à la Maison de la Danse à Lyon (69)

Du 13 au 16 novembre 2018 au Bonlieu à Annecy (74)

Du 21 au 22 novembre 2018 à la Rampe à Échirolles (38)

Du 27 au 29 mars 2019 à la Comédie de Valence (26)

 

Crédits photo : Stella Olivier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.