Ces derniers samedis ont mis à rude épreuve le bon goût. Le détail qui tue du mois de décembre sonne comme une devise pour Mademoiselle Agresse concernant les gilets jaunes : si c’est pas Prada tu l’mets pas ! 

 

Dès le départ, arborer à l’entrée des périph’ des pièces de workwear fluo qui ne soient griffées ni Burberry, ni Balenciaga, ni Prada semblait une idée pour le moins saugrenue. Les dérapages racistes, sexistes et homophobes qui ont étayé les manifestations à plusieurs reprises auraient dû finir de nous convaincre qu’un mouvement aussi disparate prenait le risque de verser rapidement dans le populisme le plus crasse. Alors découvrir que des groupes d’activistes LGBT et queers ont appelé à aller grossir les rangs des manifestant·es nous a laissé sans voix. L’idée que l’on se fait d’un soulèvement populaire peut incontestablement être séduisante. Mais de là à vendre notre âme comme Donatella vendant Versace à Michael Kors … 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.