(La)Horde revient avec un spectacle pour quinze danseurs : Marry me in Bassiani. Toujours motivé par l’exploration des danses post-internet, le collectif dévoile une chorégraphie inattendue à la croisée des cultures traditionnelles et modernes. 

Après avoir exploré le jumpstyle avec To Da Bone, le collectif (La)Horde, composé de Marine Brutti, Jonathan Debrouwer et Arthur Harel part à la découverte des pratiques dansées géorgiennes. Marry me in Bassiani rend ainsi compte à la fois des danses de mariage traditionnelles et des mouvements de deep-techno qui animent la capitale géorgienne. Bassiani est le nom d’un club underground de la capitale géorgienne T’bilisi dans lequel la police a effectué une descente en mai 2018. S’en est suivi une rave spontanée devant le parlement, la danse, et la rave sont ainsi devenues un instrument de contestation face à un pouvoir conservateur.

Les 2 et 3 octobre à Bonlieu, 1 rue Jean Jaurès-Annecy / bonlieu-annecy.com

Du 8 au 10 octobre à la Comédie de Clermont-Ferrand, 80 boulevard François Mitterand-Clermont-Ferrand / lacomediedeclermont.com

Les 29 et 30 janvier à la Comédie de Saint-Étienne, place Jean Dasté-Saint-Étienne / www.lacomedie.fr

Les 13 et 14 mars à la Maison de la Danse, 8 avenue Jean Mermoz-Lyon / www.maisondeladanse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.