C’est à un objet impur, mal aimé de notre histoire, un objet que certain·es considéraient et considèrent toujours avec une forme de mépris parce qu’il serait l’emblème d’une “mauvaise image” de l’homosexualité qu’on préfère passer sous silence : les tasses.

C’est cet objet bien oublié des jeunes générations LGBT que Marc Martin consacre un des ouvrages les plus essentiels, passionnants et beaux du moment : les tasses, ce nom poétique donné aux pissotières qui fleurirent à Paris et ailleurs du XIXe siècle jusqu’au milieu des années 1980. Photographe et collectionneur, Marc Martin s’est transformé en historien et en enquêteur pour ce livre foisonnant, composé d’images d’archives, de ses propres photos mettant en scène la fantasmatique de la drague pédée dans les tasses, mais aussi de multiples témoignages, aussi bien d’anciens utilisateurs de ces lieux d’aisance réprouvés par la morale publique devenus lieux de plaisir, que de chercheurs, d’écrivains, d’artistes, d’historiens qui racontent, expliquent, décryptent… Ouvrage composite aux entrées multiples, Les tasses raconte et donne à voir ce qui a si rarement été raconté et montré, en tout cas de manière si exhaustive, et célèbre le courage de ceux qui osèrent affronter l’opprobre pour vivre leurs désirs. Au fil des pages, il est en effet question des rencontres subreptices entre hommes qui se déroulaient là, rares lieux de sexualité alors que l’homosexualité était loin d’être acceptée socialement, mais aussi d’architecture, de répression, de politique, de sociologie, d’amour et de fantasmes (ah, la mythologie des “soupeurs” trempant leur pain dans l’urine !). Il y est aussi question de littérature, puisque Marc Martin a tout lu de ce qui fait référence à son sujet, et cite pêle-mêle Jean Genet, Céline, Roger Peyrefitte, Mathieu Galey, Alphonse Boudard, Quentin Crisp, Proust ou Flaubert. Autant le dire sans craindre d’être démenti : Les tasses est un livre fondamental dans l’historiographie LGBT.

Les tasses – toilettes publiques, affaires privées de Marc Martin (Agua). En librairies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.