Alors que des pans entiers de l’économie sapprêtent tant bien que mal à reprendre leur activité et que la campagne de vaccination laisse entrevoir un fragile espoir de sortie de la pandémie, nous avons eu envie dinterroger quelques actrices et acteurs de la vie LGBT+ à Lyon, Grenoble et Saint-Étienne sur la façon dont ils avaient vécu cette année en enfer.

Patron·nes de bar, de boîte ou de sauna, restauratrices, organisateurs ou organisatrices de soirées, ils nous ont dit leurs difficultés, mais aussi le soutien et la fidélité indéfectibles de leur clientèle. Preuve peut-être que ces lieux de sociabilité communautaires, plus encore que dautres, sont bien essentielspour une part non-négligeable de la population LGBT+. Still standing !

 

Bars / Restaurants

Émilie Andrieux – L Bar19 rue du Garet-Lyon 1

still standing

Je tiens le L Bar depuis dix ans et jai toujours eu le projet dacheter le local juste à côté, afin de pouvoir magrandir. Ce que jai fait, juste avant le premier confinement… Ça a évidemment compliqué les choses, puisque javais désormais deux loyers à payer. Jai profité de cet arrêt forcé pour faire des travaux. Jai désormais un établissement tout neuf, plus beau, plus propre, qui propose de la restauration à base de produits frais le midi et des alcools le soir ! Il y a aussi eu du positif dans cette période : avec ma compagne, nous avons eu deux petites filles en mai 2020. Et on a été très touchées par les nombreux messages de soutien de nos clientes. Comme elles, on a hâte de reprendre les soirées. Il faut tenir, parce que la nécessité dun bar lesbien à Lyon est bien réelle.

Frédéric Polsinelli XS Bar, 19 rue Claudia-Lyon 2

Still standing

Quand on a rouvert la terrasse, mercredi 19 mai, jen ai pleuré d’émotion. Je ne pensais pas que reprendre le travail pouvait me mettre dans un tel état ! Comme tous les commerces, on a connu cette année une perte sèche très importante. Les assureurs nont pas joué le jeu, les régies non plus. En ce moment, je tente de négocier un mois ou deux dexonération de loyer avec la mienneCela dit, jai la chance davoir ouvert le XS il y a dix ans ; il me reste donc peu de crédits à payer aujourdhui. Mais les conséquences de la crise ne sont pas que financières : elles sont aussi humaines, psychologiquesAu début, certains serveurs avaient peur de revenir travailler. Chacun a vécu cette période compliquée différemment. Mais laccueil quon a reçu de notre clientèle à la réouverture nous a fait chaud au cœur.

Laurence Girola – Drôle de zèbre, 6 rue de Cuire-Lyon 4

still standing

Honnêtement, je ne peux pas trop me plaindre : ayant ouvert il y a huit ans, je nai plus de crédit, plus de salarié, un petit loyer, donc des charges fixes minimes. En plus, les aides de l’État étaient calculées en fonction du chiffre daffaires de 2019, qui a été ma meilleure annéeLe plus dur, ça na pas été les finances, mais le mental. Pendant la fermeture, je me suis reconvertie en correctrice : ça a fait travailler mes méninges et ma empêchée de tourner en rond. Jen ai aussi profité pour refaire lintérieur du bar, les banquettes, la peinture, la déco, etc. Pour linstant, jai repris doucement, en ouvrant les soirs en semaine (sauf lundi et mardi) et toute la journée le week-end. Moins travailler, jy ai pris goût. Du coup, je ne suis pas certaine de vouloir revenir au monde davant.

Mams Le Before B4, 44 rue de la Résistance-Saint-Étienne

still standing

Ce qui ma fait le plus peur, durant cette période, cest lisolement, la solitude, au sein de la communauté. En tant que seul bar LGBT+ de Saint-Étienne, le B4 est un point dancrage pour de nombreuses personnes. Avec les associations stéphanoises (Le Refuge, Démineurs, Triangle rose, Face à Face, TransAide), on a pu en accompagner quelques-unes pour lesquelles cette année a été particulièrement compliquée. On a également récolté des fondsà loccasion du Sidaction. Jai bénéficié daides de l’État, qui nont pas comblé les pertes mais étaient néanmoins bienvenues. Jai aussi la chance davoir une clientèle fidèle, qui ma suivi et soutenu, tout comme la municipalité stéphanoise, qui est trèà l’écoute sur les questions LGBT+. Avec tout ça, je me sens prêt pour ouvrir bientôt un sauna pour hommes à Saint-Étienne, le H2O.

Sophie et Christiane – Le Café noir, 68 cours Jean Jaurès-Grenoble

Still standing

Pour nous, c’était important de proposer de la vente à emporter le midi ces derniers mois : cela nous a permis de garder une activité professionnelle, une raison de se lever tous les matins et surtout un lien avec nos habitué·es, qui étaient bien content·es de nous retrouver, même si, avec le télétravail, nous avons perdu une partie de notre clientèle de bureau. Ce quon espère, maintenant, cest reprendre les soirées, parce que ça fait plus dun an quon nen a pas fait. Mais notre priorité, cest de respecter strictement les consignes sanitaires : fermeture à 20h30, pas de service au comptoir, etc. On est toutes les deux vaccinées et on ne veut surtout pas jouer avec le feu. Ça ne sert à rien doutrepasser les règles, car on finit toujours par se faire prendre. Notre plus grande peur, cest que les gens fassent nimporte quoi et que l’épidémie redémarre.

Magali Chirat et Dominica Santarelli LAlter Ego, 42 rue Franklin – Lyon 2

still standing

Pendant ces longs mois de fermeture, nous avons proposé du click and collect, mais ça a eu du mal à décoller. Nous sommes un restaurant de spécialités savoyardes, et la fondue ou la raclette à emporter ne sont pas encore entrées dans les mœursNos plats sont faits pour être mangés à plusieurs, et cest compliqué quand on ne peut pas recevoir chez soi ! Et puis, il faut bien dire aussi que les plateformes de livraison comme Deliveroo ou UberEats prennent des commissions énormes, de lordre de 30 % du prix. Aujourdhui, tout en conservant les incontournables, on a fait évoluer un peu notre carte, pour travailler en flux tendu et ne plus se retrouver, comme lors du premier confinement, avec des stocks dingrédients à jeter en cas de nouvelle fermeture. On a aussi ouvert un deuxième restaurant en novembre 2019 et on espère pouvoir enfin le faire tourner. 

 

Sauna

Bernard Lhuiller – Le Double Side, 8 rue Constantine-Lyon 1

still standing

“Évidemment, on a perdu beaucoup dargent, mais quelle entreprise na pas été touchée ? Et puis, il faut être réaliste : il y a plein de pays où les boîtes ne bénéficient daucune aide des pouvoirs publics. Celles quon a reçues de l’État (et aussi un peu de la Région) ne couvrent pas la totalité de nos frais fixes, mais ce nest pas rien. On a pu mettre les employés au chômage partiel, on a pioché dans la trésorerie, on a souscrit aux prêts garantis par l’État. On nest pas les plus mal lotis, et on a moins souffert que dautres, comme les boîtes de nuit ou les jeunes commerces qui se sont montés juste avant la crise. Lessentiel, cest quon soit tous là à la rentrée. Vivement quon puisse à nouveau se faire concurrence : cest la preuve quon travaille ! Moi, je passerai la main dici quelques mois à mon successeur, Vincent (sur la photo, Ndlr).

 

Soirées / Club

Fabien Tourniaire – LUCImpasse de la PêcherieLyon 1

still standing

« Nous, les gérants de boîtes de nuit, nous sommes les oubliés du système. Nos établissements sont fermés depuis quinze mois et on n’a pas le droit de travailler à côté pour survivre ! De mars à juin 2020, on n’a touché aucune aide et, même si ça a changé depuis, les règles évoluent d’un trimestre à l’autre. Surtout, on n’a aucune idée de la date à laquelle on pourra rouvrir. On en saura peut-être plus le 15 juin, à l’issue de la réunion prévue entre le Syndicat national des discothèques et des lieux de loisirs (SNDLL), le ministre de la santé, Olivier Véran, et le ministre délégué aux PME, Alain Griset. C’est ce dernier qui, au sein du gouvernement, nous a le plus soute- nus jusqu’à présent. Il faut qu’on rouvre au plus tard en septembre, sinon beaucoup ne s’en relèveront pas. J’ai sorti 100 000 euros de ma poche pour tenir jusqu’à la n de cette crise et je n’attends que ça. »

Lionel Maublanc et Frédéric Crépeaux – La Garçonnière 

still standing

Par rapport à dautres acteurs de la vie gay, on a été plutôt privilégiés, parce quon na pas d’établissement et donc pas de loyer à payer, de charges fixes, de salaires à verser, etc. Ne plus pouvoir organiser de soirées a bien sûr été très compliqué psychologiquement, parce que cest notre vie, mais on a reçu des aides de l’État qui ont permis que notre société perdure. Et on a plein de projets : dabord des open-airs cet été, ensuite le retour de la Garçonnière et de la Freaks en 2022, deux nouvelles soirées qui se profilentOn sent un besoin de retrouver la fête, parce que rien ne vaut le contact humain. Durant le seul événement quon a pu organiser durant cette période, un open-air à la fin de l’été 2020, on a dépassé toutes nos attentes, avec 650 entrées payantes. Cest de bon augure pour la suite !

Isabelle Favotte Arm Aber Sexy

still standing

Samedi 14 mars 2020, nous étions en train de préparer la Arm aber qui devait avoir lieu au Lavoir public le soir même quand le Premier ministre a annoncé la fermeture de tous les lieux accueillant du public non-indispensablesà la vie du pays. Nous avons donc dû annuler la soirée en catastrophe. On savait déjà, à l’époque, quon allait devoir rendre les clefs du Lavoir à lautomne, mais on espérait pouvoir clore ce chapitre autrement. Aujourdhui, on attend la reprise des lieux de nuit. Quand les clubs vont rouvrir, notre priorité sera de soutenir les acteurs locaux, les personnes qui vivent de cette activité, parce quils en auront bien besoin. Mais on sait déjà quon gardera cet esprit qui a animé le Lavoir pendant neuf ans, des prix peu élevés et une programmation principalement locale.

Mickaël Tramoy – Plusbellelanuit

still standing

Le premier confinement nous a mis un sacré coup derrière les oreilles, car on avait plusieurs gros projets dans les tuyaux, sur lesquels on bossait depuis plusieurs mois et quil a fallu abandonner. Mais durant cette période, on a aussi participé à une table ronde géante entre acteurs de la nuit organisée par lassociation Technopol. Ça a permis un partage didées et un échange sur nos pratiques respectives, par exemple sur comment faire en sorte que les publics LGBT+ soient bien accueillis dans les espaces quon investit. Aujourdhui, on prépare la date de LHomme seul aux Musées Gadagne, le 2 juillet, ainsi que des projets au Heat à Lyon et au Rex à Paris. On sera évidemment de retour au Sucre dès quon le pourra. On réfléchit aussi à de nouveaux formats, pourquoi pas des open-airs, qui nous permettraient de rencontrer notre public dans un cadre différent.

Angel Karel No Gender

still standing

 Cette année aura été pleine de rebondissements, de désillusions et de déceptions, mais nous aura au moins permis de tout réinventer, de remettre à plat notre collectif et nos envies. Nous avons changé le nom de notre association et son fonctionnement, afin de créer de nouveaux projets. Par exemple, on va lancer une soirée davantage portée sur le glamour, le rock et le punk. Ce sera la Scum, en hommage au Scum Manifesto de Valerie Solanas et à lalbum éponyme de Napalm Death sorti en 1987, lannée de ma naissance. Ce sera en quelque sorte le prolongement de la No Gender, qui va évidemment continuer : si tout va bien, la prochaine aura lieu le 17 septembre. On aimerait aussi proposer au cours de nos soirées des ateliers de sexothérapie avec Sin Eden, qui fait partie du collectif. Je suis certaine quon va connaître une période deffervescence culturelle, comme après chaque crise !.

 

© photos Sarah Fouassier

Sauf le Before (DR), le Café noir (DR) et Angel Karel © Fabrice Catérini

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.