Juste avant la rentrée, le festival Woodstower revient prolonger l’insouciance estivale durant quelques jours, à la fin du mois d’août, au coeur du parc de Miribel-Jonage. Crise sanitaire oblige, la scène française est majoritairement représentée cette année et laisse ainsi entrevoir son éclectique palette.  

Dès le premier soir, mardi 24 août, on ira écouter la pop tropico-disco délicieusement eighties de L’Impératrice, formation parisienne qui semble n’avoir été créée que pour accompagner les fins de journées d’été languissantes, une tequila sunrise à la main. On en profitera également pour découvrir P.R2B, pseudo alpha-numérique de Pauline Rambeau de Baralon, dont les influences s’étendent de Barbara à Tyler The Creator : échauffement exigé avant ce grand écart sonore. 

Woodstower

Celles et ceux qui n’auront pas réussi à avoir de places pour le concert d’Yseult à la salle Molière de Lyon le 3 juillet pourront se rattraper mercredi 25 août. La chanteuse qui défend avec conviction l’anti-racisme et le body-positivisme n’aura pas besoin de philtre d’amour pour conquérir le public de Woodstower : on espère secrètement qu’elle nous servira son incroyable look en catsuit Mugler qui a littéralement retourné les dernières Victoires de la Musique, n’en déplaise aux rageux·euses. 

Enfin, vendredi 27 août, c’est Mansfield TYA qui vous fera trépigner d’impatience sur la pelouse du Grand Parc. Composé de la violoniste Carla Pallone et de la cheffe de file de la musique lesbienne française contemporaine, Rebeka Warrior, véritable caméléon au coeur de projets aussi divers que Sexy Sushi ou KOMPROMAT, le duo défendra son dernier album Monument ordinaire, sorti en février dernier. 

Festival Woodstower, du 24 au 29 août au Grand Parc de Miribel-Jonage / www.woodstower.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.