Dodo

Miribel de jour

110704_110616DSC03568Le parc de Miribel-Jonage, c’est la garantie d’un bronzage digne de Sitges, tout aussi parfait et tout aussi intégral. Quant au pique-nique, il se déguste dans les bosquets…

Miribel est depuis longtemps le spot de bronzage gay préféré des Lyonnais. Mais attention : côté trempette, c’est à vos risques et périls, car ici, on ne se baigne pas dans de la Cristaline… Pour se rendre au parc depuis le centre-ville de Lyon, il faut suivre l’A42 direction Genève et prendre la sortie 4. Une fois arrivé au parc, prendre la voie qui longe l’autoroute jusqu’au point G (ça ne s’invente pas). Ensuite, la route se transforme en piste chaotique jusqu’au point H. L’ambiance familiale et merguez-frites s’évapore alors très vite et c’est entre ces deux points que la plage de galets (oubliez le sable chaud espagnol) devient naturiste et gay. On verra donc très peu de maillots de bain sur cette portion de plage, mais beaucoup de fesses à l’air, de voyeurs et de dragueurs. On peut ici faire la crêpe au soleil en toute tranquillité, de manière plus ou moins discrète. Les plus pudiques pourront toujours garder leur slip de bain : les règles ne sont pas strictes, aucun maitre-nageur n’est là pour faire la morale !

Plage et cruising

Pour l’aventure, on trouvera derrière la plage un immense labyrinthe de bosquets et de sous-bois, idéal pour le cruising. Pour se repérer dans ce dédale touffu, suivez les traces de vos prédécesseurs : si la concentration d’emballages de préservatifs à terre augmente, c’est que vous êtes sur la bonne voie ! Mais attention, entre les branchages serpente également un sentier de VTT. Tous les cyclistes, joggeurs et autres sportifs ne viennent pas pour la drague ! Au son du ronron de l’autoroute toute proche, les gays errent, se croisent, se retournent et font leurs affaires dans les coins un peu plus reculés. En pleine journée, beaucoup alternent entre bronzage et bosquets. La nuit tombée, la drague se pratique surtout en voiture, sur la portion de route entre l’entrée du parc et le point H. Prudence toutefois : si le parc de Miribel-Jonage est souvent présenté comme l’oasis des Lyonnais, il se retrouve aussi hélas souvent dans la page «faits divers» des journaux. Sans sombrer dans la paranoïa sécuritaire, rappelez-vous tout de même que le parc est plutôt reculé et qu’on peut se retrouver très vite isolé. La vigilance est donc de rigueur. En définitive, préférons à Miribel la drague de jour : quand la nuit tombe, le centre ville, malgré ses nombreuses transformations, regorge encore de nombreux lieux de drague en extérieur !

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.