La Maison de la Danse a dévoilé, mardi 2 mai, sa programmation pour la saison 2017-18. Regroupant trente-six compagnies venues de dix-huit pays, cette saison se veut tournée vers l’international, le but étant de montrer sans relâche que le diversité en art est un enrichissement. 

Parmi les spectacles qui animeront la saison, certains ont retenu notre attention. Du jeu sur l’identité de Eun-Me Ahn au festival Sens Dessus Dessous dédié aux chorégraphes femmes, en passant par la comédie musicale Cabaret, voici les spectacles qu’il faudra impérativement découvrir la saison prochaine à la Maison de la Danse.

Let me change your name…

« Laisse moi changer ton nom… » : ainsi pourrait se traduire le titre de l’œuvre de Eun-Me Ahn, qui s’intéresse cette année à l’identité et au genre. Chacun des neuf interprètes, dans un rythme effréné, danse jusqu’à l’oubli de soi. Ils se mélangent, se transforment, sans pourtant changer leur identité profonde. Les robes noires et blanches sont peu à peu remplacées par des robes roses et jaunes fluos, pour un hymne à la liberté. À découvrir les 5 et 6 octobre.

La comédie musicale Cabaret, l’un des clous de la saison

L’incontournable comédie musicale Cabaret, créée en 1966 à Broadway d’après le roman Adieu à Berlin de Christopher Isherwood, n’a pas pris une ride. Elle raconte l’histoire d’un jeune Américain, Cliff Bradshaw, fraîchement débarqué à Berlin. Le Kit Kat Club, dans lequel il passe ses soirées, représente à merveille la vie berlinoise de la République de Weimar, libérée de tout tabou et abritant une forte mixité culturelle. Mais le jeune homme se rend vite compte du contraste entre les mœurs sans jugements de la capitale allemande et la montée du nazisme…  Du 23 novembre au 3 décembre.

Les six hommes en tutu sont de retour

Si vous n’avez pas pu profiter des savoureux Chicos Mambos cette saison, pas de panique, ils reviennent à la Maison de la Danse en mai 2018. Dans un show divertissant et d’une précision d’orfèvre, six hommes en tutu partagent avec vous leur passion de la danse contemporaine. Leur immense succès de la saison qui se termine les oblige à rééditer leur prestation du 23 au 27 mai 2018, pour notre plus grand plaisir…

Le festival Sens Dessus Dessous donne la parole à des femmes chorégraphes

Pour la sixième édition du Festival Sens Dessus Dessous, la Maison de la Danse a décidé de mettre les femmes à l’honneur. Ces chorégraphes qui ont parfois plus de quarante ans de carrière à leur actif proposent des spectacles originaux et décalés. Du 22 février au 5 mars 2018, la ville de Lyon abritera donc sept œuvres féminines parmi lesquelles celle de Robyn Orlin et de Maguy Marin.

Robyn Orlin s’insurge contre le traitement fait aux homosexuels en Afrique du Sud

La chorégraphe sud-africaine Robyn Orlin dénonce l’homophobie que vivent au quotidien les homosexuels de son pays d’origine. Dans un show drôle, engagé et militant, elle fait danser Albert Ibokwe Khoza, danseur et acteur homosexuel noir de 25 ans. Le spectacle s’organise autour des sept pêchés capitaux et propose un «requiem pour l’humanité». À retrouver les 2 et 3 mars 2017.

Maguy Marin, une habituée des messages politiques

Grande chorégraphe de danse contemporaine, Maguy Marin réunit pour cette création dix danseurs. Même si elle n’a pas souhaité dévoiler le sens exact de son œuvre, elle a tout de même révélé qu’il s’organiserait autour du livre Propaganda d’Edward Bernays, un neveu de Sigmund Freud, «petit guide pratique qui expose cyniquement et sans détour les principes de la manipulation mentale de masse». Une création politique donc, qui dénoncera la société avec une danse puissante et engagée. Les 27 et 28 février 2018 à la Maison de la Danse.

 

www.maisondeladanse.com

 

Photo de une : Cabaret © Bruno Mullenaerts
Photo 2 : Let me change your name © Eunji Park

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *