Figure discrète et majeure du théâtre français, nommé à de nombreuses reprises aux Molières, Pierre Notte est aujourd’hui conseiller au Théâtre du Rond-Point. Douze ans après Moi aussi je suis Catherine Deneuve, pièce qui liait famille et enfer, il présente aujourd’hui la comédie musicale Sur les cendres en avant.

Pierre Notte n’abandonne pas sa marotte : culture et humour gay au bout de sa plume, l’auteur et metteur-en-scène questionne une nouvelle fois la place de l’individu au sein d’une communauté. On connaissait la passion du dramaturge pour la musique. Elle s’exprime désormais pleinement. Sur les cendres en avant est une pièce chantée de bout en bout, évoquant ainsi les différents chefs d’œuvre du tandem Jacques DemyMichel Legrand. Le clin d’œil est manifeste et assumé. La musique est jouée sur scène, façon cabaret, music-hall et même variété. Elle est là véritablement pour adoucir les mœurs de cette «grande fête macabre», comme la qualifie l’auteur.

Sur scène, deux espaces, deux appartements autrefois séparés par une cloison qui s’est effondrée suite à un incendie. Il va falloir maintenant vivre ensemble. La communauté dont il est question dans cette nouvelle création est celle du voisinage. Nous ferons la connaissance de quatre femmes : Macha, qui se trouve dans une situation financière compliquée, obligée de se prostituer pour subvenir à ses besoins et à ceux de sa sœur Nina ; Mademoiselle Rose, leur voisine, responsable de l’incendie ; et enfin, la dame armée, décidée à venger son honneur auprès de la prostituée.

sur les cendres en avant pierre notte 3 credit Giovanni Cittadini Cesi

On découvrira très vite que ces femmes sont esquintées : dans leur projet personnel, dans leur vie, dans ce qu’elles sont devenues. Sur les cendres en avant met en lumière la progression de ces abandonnées du bonheur, salue leur tentatives de parvenir, petit à petit, à se transformer, à s’améliorer, à vivre ensemble pour sortir des ruines dans lesquelles elles se trouvent.

 

Sur les cendres en avant, du 25 au 27 janvier au Théâtre de la Renaissance, 7 rue Orsel-Oullins / 04.72.39.74.91 / www.theatrelarenaissance.com

 

Photos © Giovanni Cittadini Cesi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.