Sans doute est-ce la liberté qui unit Anita Berber et Marguerite Yourcenar. Sans doute, est-ce à partir de ce mot trop souvent galvaudé qu’on peut prétendre les relier, ces deux femmes si différentes, ces deux livres si dissemblables : Anita de Lilian Auzas et Marquerite Yourcenar, portrait intime d’Achmy Halley.

Libres, elles le furent, ô combien, à tous points de vue, et libres sont leurs évocations telles que proposées par Lilian Auzas et Achmy Halley dans leurs ouvrages respectifs, un roman ici, un beau livre là. Deux femmes libres donc, l’une largement oubliée, Anita Berber, danseuse magnifique et sulfureuse de l’Allemagne pré-hitlérienne, l’autre toujours célébrée (mais est-elle encore lue ?), Marguerite Yourcenar, première académicienne française il y a trente-sept ans. Anita, Marguerite, saisies au plus près d’elles-mêmes par deux auteurs qui nous invitent dans leurs intimités. Le livre d’Achmy Halley n’est-il pas sous-titré d’ailleurs Portrait intime ? Et c’est bien le cas tant, à côté de la biographie de la femme et de la romancière, de l’amoureuse des femmes et de la militante écologiste avant l’heure, ce portrait très documenté et personnel (l’auteur a passé du temps à Monts-Déserts, chez Marguerite) est illustré de photos rares. Il offre aussi des échappées précieuses et inattendues vers des à-côtés qui révèlent une Yourcenar rebelle, infiniment moins figée que la Grande Dame de la littérature, telles ces recettes gourmandes partagées avec Grace, sa compagne : cramiques, gaufres, scones, mousses au chocolat… La pâtisserie n’est pas la gourmandise pointée par le Lyonnais Lilian Auzas lorsqu’il esquisse — dans son quatrième roman après le remarqué Riefenstahl autour d’une autre figure mythique allemande, la cinéaste officielle du IIIe Reich Leni Riefenstahl — la silhouette flamboyante d’Anita Berber telle que saisie et immortalisée en 1925 par Otto Dix dans un fameux tableau. Berber, sous la belle plume d’Auzas, est une scandaleuse qui épuise sa vie à coup de drogues et de sexe avec femmes et hommes, une flamme qui danse sur le volcan de cette Allemagne en crise qui lui sert de scène et bientôt de tombeau. Anita, Marguerite, en deux livres : libres, insoumises, magnifiques. 

 

femmes portraits libres - anita lilian auzasAnita de Lilian Auzas (Hippocampe Editions) 

 

 

 

 

femmes portrait libre - marguerite yourcenar Achmy Halley

Marguerite Yourcenar, portrait intime d’Achmy Halley (Flammarion) 

 

 

 

© Anita Berber the dancer, Otto Dix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.