Ça claque, ça pose, ça exhibe les aisselles et ça gonfle la poitrine : les danseuses et danseurs de waacking sont de sortie ! On le confond souvent avec le voguing, on orthographie rarement son nom correctement, mais quand on y goûte, c’est l’addiction assurée. Bref historique d’une danse qui libère suivi d’un entretien avec Paul Moscoso, danseur et professeur de waacking à Lyon. 

À l’aube des années 70, quelques garçons de Los Angeles qui ne peuvent s’embrasser en pleine lumière se retrouvent la nuit en club. Dans la semi-pénombre, les mouvements s’amplifient, les corps respirent profondément : ils bougent, fiers. Toutes les inhibitions sont expulsées. Ces garçons, qui se font traiter de « fucking punk », dansent le disco jusqu’au bout des doigts.

Et puisque la danse donne de l’assurance, et puisqu’il vaut mieux en faire une force, ils utiliseront le mot « punk » et s’en amuseront :« yes, we’re punking ». On fait des manières, on fait les PD, on joue. On joue dans son propre film. Les marginaux décident d’écrire leurs scénarios. Ils convoquent les images de cinéma, les belles gueules des actrices shootées par Larry Carr dans son livre Four Fabulous Faces et voilà l’âge d’or d’Hollywood en mouvements sur la piste. Garbo, Swanson, Crawford ou Dietrich revivent à travers les corps qui se déhanchent. Leurs féminités servent de médium pour la transe. Plus tard, d’autres images viendront influencer les attitudes des danseurs : les combats au nunchaku de Bruce Lee, les sautillements de Bugs Bunny ou même les sabres laser de Star Wars.

Du punking au waacking
Cette nouvelle manière de bouger se diffuse à travers l’émission de variété Soul train ou sur les scènes de concerts de Diana Ross. Les danseurs hétéros s’y intéressent, mais pour éviter d’être associés aux gays, ils utilisent le mot « whack », onomatopée de la « claque » ou « gifle » qu’on retrouve dans les BD de Batman. À nouveau, les gays se réapproprient le mot. Whacking devient waacking.

Cependant, les bras qui roulent élégamment sont coupés dans leurs élans : le sida ravage la communauté. Dans les années 80 et 90, à peine quelques mouvements sont esquissés dans des films, clips ou en clubs new-yorkais… Il faut attendre 2003, pour que le waacking renaisse de ses cendres. Cette année-là, le danseur Brian Footwork Green dénonce le manque de transmission de la part des aînés et se met lui-même à enseigner la discipline.

Aujourd’hui, le waacking se frotte à d’autres styles comme la danse Bollywood, le flamenco ou le contemporain. Il est intéressant de noter que plusieurs femmes aux styles singuliers sont sur le devant de la jeune scène waacking : Lip J, Princess Lockeroo, Albaluzia ou même la Française Ari de B, proche de Kiddy Smile. Leurs mouvements sont puissants, leurs expressions empreintes d’une énergie communicative. Une nouvelle fois, le waacking prouve son pouvoir de libération et d’empowerment


Keep the fire burning
with PAUL MOSCOSO

Depuis plusieurs mois, il enflamme les dancefloors et transmet sa passion de manière contagieuse à Lyon. Interview en fourrure rouge avec Paul Moscoso.

« J’ai toujours aimé danser. Quand j’ai commencé la fac en Espagne, j’ai pris des cours de street jazz, hiphop… Il y avait des mouvements de bras qui m’interpellaient beaucoup. Puis, j’ai découvert que derrière cette façon de danser, il y avait toute une culture : le waacking. En arrivant à Lyon, il y a 6 ans, je me suis dit que c’était le moment de m’investir car cette culture me correspondait. La musique me parle et aussi la façon d’interpréter la musique avec le corps. La partie interprétative du waacking est souvent liée à la voix. Quand Dona Summer chante son Last dance, c’est clair que c’est la dernière chance ! Je peux exprimer mon côté théâtral à 1000 % et explorer ma féminité d’une certaine façon. Mais peu importe le genre ou la sexualité, l’idée est d’exprimer ce qu’on a en nous. A la base, cette danse permettait à des personnes qui subissaient des restrictions sociales ou sexuelles de se sentir libres en club. Aujourd’hui, cette recherche de liberté est encore légitime, peu importe d’où tu viens. »

Où prendre des cours de waacking avec Paul ?

Le BB Club, 16 rue Paul Chenavard-Lyon 1

Mov’n dance, 21 rue Jules Vallès-Villeurbanne

© Miracle de Mille & Elisabeth Palcy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.