Cela fait deux ans que Victoire Tuaillon anime le podcast Les Couilles sur la table, produit et édité par Binge Audio. Après ces deux années d’entretiens et de réflexion sur la masculinité, elle publie un livre du même nom que l’émission, dans lequel elle fait le point sur les questions et découvertes qui l’ont parcourue.

Dès les premières pages du livre Les couilles sur la table, Victoire Tuaillon parle de ce qui l’a conduite, et la conduit encore, à s’intéresser à la masculinité. L’une des raisons principales tient au fait que la masculinité (en tant qu’appartenance à un groupe social, à une classe de sexe) se considère, et exige d’être considérée, comme un neutre, un universel. L’endroit d’où part le regard, d’où l’on observe, classe, et hiérarchise les autres groupes, sans pour autant s’interroger sur ses propres biais, injustices, et limites. Lors de sa venue dans l’émission, Paul B. Preciado le formule ainsi : « Le privilège, c’est se situer dans les lieux de l’universalité : ne pas être visible en tant qu’autre, ne pas être altérisé. » Etudier la masculinité revient donc déjà à briser cette illusion et cette posture, et à les révéler pour ce qu’elles sont : des fictions dominantes. Mettre au jour les mécanismes de la masculinité, c’est également offrir à tout le monde la possibilité de s’en distancier, de les rejeter, et de ne pas rester prisonnier ou prisonnière de ce fantasme social. 

La tentation d’un livre 
Le contenu des podcasts est toujours disponible à l’écoute, gratuitement. L’intérêt du livre ne vient donc pas d’une simple redite, en version papier, de ce que l’émission a déjà construit. Il est pensé par l’autrice pour offrir une « synthèse accessible et exigeante » de ce que nous savons sur la masculinité, la manière dont elle se construit, s’évite, s’exerce, sur qui, par qui, et par le biais de quelles institutions, croyances, ou représentations. Et, en effet, le livre constitue une excellente porte d’entrée dans ces questionnements. Articulé en cinq parties (Construction, Privilège, Exploitation, Violence, et Esquives), il nous permet d’aborder différents aspects de ce que la masculinité représente dans notre société, essayant toujours de penser chaque dimension en dialogue avec les autres. Ponctué d’un extrait d’émission, et agrémenté d’une bibliographie réunissant essais, fictions, enquêtes, ou contenus audio-visuels, chaque chapitre peut être approfondi de différentes manières selon l’intérêt des lecteurs et des lectrices. On sent aussi, à la lecture, tout le travail effectué par l’autrice et la maison d’édition pour rendre l’ouvrage le plus abordable possible. Couleurs, illustrations, mises en avant de certaines parties du texte par la typographie, le livre est beau, fait envie, et exprime de manière limpide et efficace des situations souvent complexes. 

Les Couilles sur la table de Victoire Tuaillon (Binge Audio Éditions). En librairies. 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.